Monter un Projet

Au départ il suffit d'une idée et d'une personne (le porteur de projet). Le porteur du projet avec son envie et son énergie propose son idée aux Colibris. Idéalement le projet est local. Le projet est en cohérence avec l'intention des colibris, avec la sobriété.

Ensuite tout est possible. Concrètement comment cela se passe ?
  1. une information est envoyé aux colibris pour rechercher d'autres personnes ou énergies pour rejoindre le projet
  2. une réunion est organisée pour de la créativité ou de la concertation pour le projet Voir l'Agenda
  3. des décisions sont prises Gouvernance Partagée
  4. tout au long du projet une information est fournie au réseau via notre Lettre d'Information

Tous les projets des colibris à Versailles se sont réalisés de cette façon. Simple. L'intention du Colibri étant de commencer par soi. Notre expérience est que l'argent ou le soutien d'une institution quelconque ne sont pas nécessaires pour démarrer et lancer nos projets.


  • Projet eau : ce fut au début la recherche d'une source d'eau naturelle à Versailles, c'est devenu un document de 200 pages en ligne sur l'eau naturelle à Versailles, puis une carte numérique puis une carte papier des sources naturelles à Versailles, puis des balades et des conférences et des échanges avec une Université.
  • "Communication Non Violente" (CNV) : ce fut au départ un projet de réalisation d'un "café CNV", puis il y a une "soirée bienveillante" tous les 2 mois, et aussi des formations, et aussi des groupes de pratiques, et aussi des interventions auprès d'enseignants et de futures assistantes sociales, des témoignages dans la rue, une prison, des écoles.
  • Jardin partagé : ce fut au départ la visite d'un jardin partagé à Chaville, puis d'un jardin familial, puis un premier jardin partagé, puis un second jardin partagé, un 3ème, un 4ème, un 5ème puis des activités régulières dans ces jardins avec des composts de quartiers et des ateliers de biodiversité.
  • Biodiversité : ce fut au départ un chantier nature, puis un second, puis un groupe biodiversité, puis un stagiaire, puis une carte de la biodiversité à Versailles, puis des actions régulières d'information, de sensibilisation et d'action
  • Déchets : ce fut au départ un groupe pour s'échanger de bonnes pratiques, puis la création d'une filière de recyclage de stylos usagés, puis des composts de quartier (en lien avec les jardins), puis des Repar'Café, puis un défi Zero Déchets puis une ressourcerie, l'école du zéro déchet, des actions multiples.
  • Sensibilisation : ce fut un film projetée dans un cinéma, puis un ciné-club avec une projection mensuelle, puis un Festival de Cinéma avec 12 films en 4 jours.


Engagée dans une démarche de réduction des déchets à la maison depuis plusieurs années, je cherchais un moyen d'agir à l'échelle collective de manière très concrète (c'est-à-dire autrement qu'en soutenant financièrement des associations nationales comme Zero Waste) pour participer à la diffusion de la démarche Zéro Déchet à mon niveau. Malheureusement je ne trouvais pas de structure existante localement correspondant à ce besoin

J'ai rencontré les Colibris en 2015 via en premier le SEL de Versailles. J'ai ensuite partagé mon intérêt pour le sujet des déchets. Assez rapidement j'organisais chez moi une réunion à la maison avec les Colibris de Versailles intéressés pour échanger sur les bonnes pratiques possibles à mettre en place. Cela m'a permis de rencontrer d'autres Colibris souhaitant s'impliquer sur ce sujet, et de monter un groupe ensemble puis des projets plus conséquents comme des ateliers, visites de sites, et même l'organisation d'un Défi zéro déchet pendant 4 mois !

Le rapprochement avec les Colibris a donc été un catalyseur pour lancer le groupe, rendre les rencontres possibles, et communiquer sur les activités proposées.
Par ailleurs, cela a permis de profiter de synergies avec les autres groupes Colibris, par exemple en mettant en place des composteurs dans les jardins partagés, ou profitant des jardins pour proposer une animation compost
D'un point de vue administratif, cela nous aide également pour la réservation de salles en maison de quartier par exemple.


En ce qui concerne le groupe numérique, tout a démarré par l'envie de faire quelque chose (mais quoi ?) en faveur du "libre", qui porte les valeurs de partage (les biens communs), entraide et liberté, qui me sont chères. Mon envie a rencontré un catalyseur pendant la réunion d'accueil en tant que nouveau colibri, au printemps 2017. Suite à cette soirée j'ai recontacté Renaud en proposant de créer un nouveau groupe, ce qui s'est concrétisé par une date de première rencontre, un ordre du jour avec quelques idées, un lieu et un communiqué. La suite a été simple : nous nous sommes retrouvés à 5 pour la réunion de lancement du groupe, dont l'objectif était de réfléchir ensemble aux valeurs que nous voulions voir ce groupe illustrer, puis aux actions (même folles), et finalement de choisir des actions que nous nous engagions à réaliser.

Les ingrédients de ce lancement ont donc été :
  • une idée / une envie ;
  • un cadre : les colibris, c'est à dire une communauté avec des volontés et des forces d'actions.
La rencontre de ces éléments a permis de passer d'une idée personnelle à un projet de groupe, au spectre de valeurs, d'idées et d'actions bien plus large que ce que j'aurais pu faire en restant seul.


Pour ma part c'est le fait d'avoir été entouré de toute la dynamique des Colibris (national et du groupe de Versailles) qui m'a stimulé et encouragé à créer cette action en 2016. C'est la grande ouverture et l' "espace des possibles" proposé qui rendait ça simple et évident, parce qu'au fond il suffisait de commencer par demander "qui serait intéressé ?" pour que le projet existe. Il n'y avait pas besoin de plan, de comptabilité, d'objectifs pour commencer. Il a suffit de rassembler des gens volontaires pour agir sur le sujet et de les laisser proposer des initiatives, qu'ils étaient en mesure de réaliser par eux-même avec la confiance du groupe. C'est ça la magie en fait, on se rassemble et on se donne confiance les uns les autres pour faire quelque chose. Quand on est tout seul on n'y croit pas, on est facilement découragé d'avance ou bien on ne se sent pas avoir la puissance de faire quelque chose. Il suffit d'être ensemble pour que ça résolve ces problèmes de base. Ensuite, on commence avec peu de chose, et puis naturellement ça grandit ! A un moment donné ça prend plus d'ampleur, ça se structure un peu, ça commence à donner des résultats intéressants. Mais voilà, ça vient petit à petit et ça n'est pas effrayant !


La réunion ouverte des Colibris en 2015 a été un temps important pour moi par rapport à l'émergence de l'idée de créer une ressourcerie. Pouvoir la confronter à un « public » - bienveillant ! Fédérer autour de cette idée. J'ai apprécié aussi que des personnes que je n'avais jamais vues viennent aider à réaliser la banderole (grâce à un appel lancé et la capacité à « faire bouger » et parce que les Colibris aiment apporter leur « goutte d'eau »). Cette réactivité a été un moteur. Une autre étape a été le soutien pour préparer les rdv avec des élus à Versailles, à Viroflay, à Versailles Grand Parc. Ceci m'a permis de nouveaux pas en avant.


En novembre 2017, suite au retour du sondage des Colibris de Versailles, la lettre des Colibris propose une réunion de réflexion sur l'alimentation un dimanche après midi dans une boulangerie. Cette activité des Colibris était manquante : déchets, jardinage, CNV, internet, mais rien sur l'alimentation ! On se retrouve à une douzaine et on échange avec un plaisir non dissimulé sur ce qu'on mange mais aussi nos différentes façons de manger sans jugement, équitable, bio, locale, végétarienne, végan, ou plus traditionnelle,. Très vite, on en vient à échanger des recettes et des « trucs ».
La suite à donner s'impose : se retrouver pour un repas partagé.
Nous nous retrouvons tous les 2 mois chez l'un ou l'autre des participants. Nous sommes entres entre 5 et 10 à chaque dîner. Le groupe s'est enrichi de plusieurs membres. Chacun.e apporte un plat confectionné par ses soins pour 3 ou 4 personnes, l'exigence étant que les produits doivent être de saison et si possible local et/ou bio et/ou équitable. Ensuite à chacun.e de choisir de faire partager sa spécificité, s'il/elle en a une et s'il le souhaite : recette sans gluten, sans lactose, sans produit animal, création personnelle ou encore traditionnelle. Nous ajoutons maintenant à chaque repas un thème. Le prochain sera « Quels contenants alimentaire utiliser pour remplacer le plastique ? »


Vous pouvez initier un compost de quartier. Versailles Grand Parc et les Colibris de Versailles vous soutiendront dans cette initiative pour mettre en place du compostage collectif sur les lieux publics. Ceux qui le souhaitent peuvent écrire à leur mairie pour les y inciter. Voir ci-dessous le mode d'emploi.

Référent Composteur

En quoi cela consiste ?
  • informer les visiteurs et les personnes ayant le souhait de composter
  • diffuser les bonnes pratiques
  • surveiller le fonctionnement du compost

Étapes et durée
  • formation initiale : 1 à 2h en suivant deux ou trois fois une présentation du sujet à de nouveaux "déposants".
  • informations aux visiteurs : prévoir environ 30 mn tous les 15 jours (sur rdv)
  • suivi du compost : 5 à 10 mn par semaine
  • une à deux fois par an, participer à la récolte d'un compost (2 heures). Cette activité est à faire avec d'autres personnes.

Former un déposant

Information et formation à donner au futur déposant dans le compost de quartier.
Au jardin du partage il est impératif de préciser aux visiteurs de ne pas communiquer sur l'emplacement de ce compost. Il est indispensable de passer par les Colibris de Versailles si vous avez des relations ou amis qui souhaitent utiliser ce compost. En effet nous souhaitons que les informations sur les bonnes pratiques de compostage soient transmises par nos soins pour éviter la transformation du message.
Nous souhaitons aussi profiter de ce moment pour discuter et échanger sur notre association et nos intentions.
Et il est important pour nous de passer le message avec justesse et exactitude pour que cette expérience de composteur de rue, à Versailles, se passe le mieux possible.
Le temps passé avec chaque nouvel habitant peut prendre environ 30 mn.
Prendre le temps d'expliquer notre intention, le double objectif que nous poursuivons : réduire les déchets ET l'utiliser comme ressource pour le jardin.
Et bien évidemment expliquer aussi ce que l'on peut mettre : épluchures de légumes cru ou cuit, marc de café, thé sans sachet, coquilles d'oeuf écrasées, coquilles de noix / noisettes écrasées, épluchures d'agrumes (oranges / citrons / pamplemousses)
Sacs compostables ou non : nous préférons l'éviter même s'il est clairement indiqué "Sacs compostables" car nous souhaitons faire plutôt la promotion de sacs réutilisable plutôt que des sacs compostables.
OK : Sacs en papier non colorés qui emballent les fruits et légumes, achetés sur le marché, les découper en morceaux. Ne surtout pas mettre de sacs en papier colorés ou imprimés dans le compost
EVITER absolument : viande / poisson / fromages / pain car cela attire les rongeurs
  • A la fin : donner le bio-seau en main propre à son utilisateur après l'enregistrement de son prénom / nom / email / tél et nom de sa rue.
C'est afin de pouvoir le recontacter si problème ou information complémentaire concernant le compost.

Notre intention
Un double objectif pour les Colibris de Versailles
sensibiliser les habitants à la réduction des déchets résiduels
à améliorer et enrichir la terre du jardin grâce au compost qui va se former avec les épluchures de vos cuisines

Nous proposons aux habitants
  • de venir rencontrer les référents compost sur le jardin afin de se former à nos bonnes pratiques
  • faire connaissance et identifier le lieu de compostage
  • laisser votre nom / email tél et récupérer un bio-seau (il est aussi possible d'utiliser de grands seaux de formage blanc 10 ou 20 L à récupérer)
  • échanger sur ce qu'il convient de mettre et de ne pas mettre dans le bio-seau
  • se former sur l'action de mélange à faire une fois que l'on a vidé son bio-seau
  • sur la publicité qu'ils peuvent faire auprès de leur entourage pour les inviter à venir nous rencontrer

Nous avons signé un partenariat avec la Communauté d'Agglomération de Versailles Grand Parc qui est en charge de la gestion des déchets.

Initier un compost


Comment initier un compost de quartier
  • Trouver un lieu : Maison de Quartier, résidence privée, jardin public
  • Identifier deux ou trois référents du quartier qui vont se charger de surveiller le compost et organiser la récolte. Les référents peuvent être formés par VGP ou par les Colibris.
  • Installer les bacs avec les panneaux. Et si possible à proximité un lieu pour stocker quelques bio-seau. Les bacs et bio seau sont à demander à VGP
  • Utiliser les ressources locales et les jardiniers de la ville pour remplir le bacs de matières sèches, les matières carbonnées qu'ils se chargeront de remplir (tonte sèche, feuilles sèches, ...)
  • Communiquer aux habitants du quartier très progressivement l'instance d'un compost de quartier SANS préciser le lieu.
  • Former les habitants-composteurs sur les jardins partagés colibris sur les bonnes pratiques, leur remettre un bio-seau, demander leur email, ET les informer UNIQUEMENT ENSUITE du lieu en précisant bien qu'il ne doivent pas communiquer le lieu ... ceci afin d'amener les habitants à se former dans les jardins avant de déposer leur épluchures.
  • Organiser des visites de compost de résidence ou de compost de jardins partagés
  • Organiser des apéros autour des composts
  • Organiser des séances de récolte avec distribution pour les jardinières

Mode d'emploi


Pour mettre en oeuvre un compost? ?collectif de quartier sur le territoire de Versailles Grand Parc
Si vous avez déjà tenté l'installation d'un composteur collectif de résidence ou que votre résidence ne dispose pas de suffisamment d'espace pour installer des composteurs collectifs, vous pouvez toujours réfléchir à un emplacement plus public dans votre quartier : en périphérie d'un jardin public, d'un square ?

Un projet de compostage collectif de quartier, comment procéder ?
  • Être au moins deux personnes motivées pour devenir référent-composteur de votre quartier
  • Réfléchir à un emplacement potentiel éloigné des fenêtres d'habitations
  • Nous contacter pour vous aider à soutenir votre projet et à trouver des contacts. Nous vous aiderons pour soumettre l'idée à Versailles Grand Parc (V G P) qui établira avec vous un diagnostic de faisabilité.
  • En cas de faisabilité, (V G P) fait le lien avec la Mairie afin d'obtenir son accord de principe. La Mairie vient sur place observer la faisabilité.
  • En cas d'accord, les référents sont invités à participer à une formation d'une journée (2h30 de théorie + 2h de pratique sur une aire de compostage déjà existante)
  • Signature des conventions de partenariat entre V G P, la ville et les référents-composteur, puis commande des composteurs par V G P
  • Information des habitants volontaires du quartier via une réunion de quartier
  • Installation des composteurs (3 bacs : 1 bac d'apport, 1 bac de broyat, 1 bac de maturation).
  • Organiser une inauguration avec mini-formation des habitants volontaires + distribution de bio-sceaux et sur inscription auprès des référents-composteur.

Email de lancement du projet une fois les acteurs identifiés
Comment lancer un compost de Quartier
Information à garder confidentielle dans un premier temps
Démarrage du projet expérimental de compost dans une  MdQ / Résidence / jardin
Proposition d'organisation ... tout est modifiable selon les participants.

Comme vu avec le gestionnaire de l'espace (Directeur de Maison de Quartier par ex), nous allons y aller progressivement en terme de communication auprès des habitants concernant l'existence de ce compost de quartier.
Ceci afin de monter aussi en puissance et en compétence en terme de gestion du compost et des pratiques de dépôts.

Quel process ?
Communication et information uniquement via les Colibris pour commencer.
Nous invitons les habitants-déposants à venir sur l'un de nos deux jardins le samedi (il y a un horaire à 11h et un autre à 15h) pour :
  • expliquer le fonctionnement d'un compost
  • indiquer les raison de la confidentialité concernant le lieu
  • enregistrer leur email pour les prévenir en cas de problème sur le compost ou d'évolutin des pratiques.
  • donner un bio-seau
  • indiquer le lieu du bac à compost dans la Maison de Quartier de Clagny
Si quelqu'un d'autre est intéressé, le message est qu'il contacte les Colibris de Versailles.
Pour l'instant nous préférons toucher uniquement des personnes ayant un email. Plus tard nous élargirons. Dans 3 mois nous pourrons communiquer via V G P, Maison de Quartier, presse, ...
Qui fait quoi ?
  • VGP : fournit les 3 bacs sur l'espace et les bio-seau aux Colibris
  • Les jardiniers de la ville devraient fournir feuilles et fruits de leurs coupes pour le bac de matière sèches
  • Les référentes-composteurs-colibris (3 personnes) surveillent le bon fonctionnement et organisent la récolte (avec le soutien des Colibris de Versailles)
  • Les habitants-déposants passeront une formation-information de 30 mn sur l'un des deux jardins partagés des Colibris de Versailles.
  • information sur l'ouverture de ce compost (via Colibris de Versailles)
  • installation des bacs : gestionnaire de l'espace (30 mn) avec l'aide des référentes

Pour plus tard
Si un référent-colibri le souhaite, nous pourrions ensuite organiser des sessions de formation pour les déposants, ce pourrait être une fois par mois par exemple, directement à la maison de quartier.


Accès direct à cette page "Initier un jardin"

Ci-dessous, quelques conseils tirés de notre expérience pour se lancer dans la création d'un jardin partagé à coté de chez vous. Ce sont des propositions tirées de nos expériences et non des vérités. Vous pouvez faire certaines de ces étapes en parallèle. Nous vous invitons à écrire et rédiger chacune de ces étapes pour faciliter l'arrivée de nouveaux arrivants et pour les partager avec le plus grand nombre dont vos soutiens durant la mise en oeuvre du projet.

  • Etape 1 - Définir votre intention, la raison d'être de ce projet ? Pourquoi vous voulez faire un jardin potager partagé ? Les raisons peuvent être multiples et en même temps il n'y a pas plus de une à deux raisons qui dominent. A vous de trouver votre motivation fondamentale.
    • Nous avons déjà rencontré les raisons d'être suivantes : pour me nourrir, pour apprendre, pour faire pousser des légumes (pas forcément équivalent au fait de se nourrir), pour créer du lien avec d'autres personnes, pour l'esthétique, pour l'agrément et le loisir, pour créer du lien social avec des personnes exclues, pour faire de la pédagogie vers les adultes ou vers les enfants, y faire des rencontres amicales ...
    • Définir mon intention, c'est fixer la direction, le but ou au moins le chemin que vous voulez prendre.
    • Cette définition aidera les autres participants, vos soutiens à se positionner et à vous aider s'ils rejoignent votre projet. Voir des exemples avec la charte du Jardin de l'Horloger ou le Jardin du Partage
    • Notre expérience est que si dans la raison d'être il est proposé trop d'objectifs au départ d'un projet, les participants vont certes y adhérer plus facilement et en même temps la mise en oeuvre sera plus complexe car chacun voudra mettre en oeuvre et mette en avant SA motivation d'où des risques de conflits sur les stratégies. C'est pourquoi nous conseillons de proposer un seul objectif principal et une fois que le projet a démarré vous aurez toujours le loisir de proposer d'autres intentions et activités.

  • Etape 2 - Identifier d'autres jardiniers potentiels ? Cela donne plus de poids à votre projet. De commencer à identifier de futurs jardiniers. Vous permettra d'identifier des compétences. Compétences en jardinage, bricolage, communication, relation avec institutions, informatique, liens avec d'autres associations pour de l'entraide ... Vous pouvez recruter ces jardiniers via le réseau des Colibris, via les associations liées à l'environnement, via la presse locale, voisins, amis, ...
    • Regrouper d'autres participants vous permettra de tester votre capacité à présenter votre projet, à répartir les taches, à apprendre à travailler en collectif.
    • Nous vous invitons pour cette phase à consulter et même idéalement à participer notre groupe sur la Gouvernance Partagée.
    • Au démarrage 3 ou 4 personnes actives et bien motivées sont suffisantes à cette étape même si à terme le jardin partagé vise 20 ou 30 personnes. 3 ou 4 personnes c'est suffisant pour avoir une crédibilité vis à vis de vos interlocuteurs. Le projet est passé du stade "projet individuel" au stade "projet collectif". Et c'est le plus important ;-)

  • Etape 3 : Qui va porter le projet? Qui va signer ? Il faut se préparer à accepter de porter cette responsabilité si une opportunité soudaine et rapide se présente. Une hésitation même temporaire peut inquiéter. Pour la personne ou l'institution éventuellement prête à confier un espace via une convention il y a toujours UNE personne signataire. Parfois deux au plus qui portent le projet. Mais pour l'institution un seul signataire est préférable.
    • C'est vrai pour un jardin comme pour tout autre projet. Même s'il peut y avoir une impulsion de la part d'un plus grand nombre. Et même si ce peut être plusieurs personnes motivés au départ qui vont prendre des engagements sur des actions.
    • Pour la personne privé ou public qui va confier le terrain de jardinage il y aura un interlocuteur principal avec l'atout de se dire qu'il y a aussi une équipe motivée derrière cet interlocuteur principal. Même si ensuite en interne la gouvernance est collégiale ou partagée. Il est préférable de s'y préparer. En avoir conscience. Et que ce soit dit et échangé avec le groupe des jardiniers.

  • Etape 4 : Quel association ? vis à vis de l'extérieur il est utile qu'une association porte le projet. Vous pouvez la créer ... ou demander à une association existante locale et reconnue de vous aider. Si vous demandez à une autre association de porter la responsabilité, elle va devenir signataire vis à vis de l'institution. Nous aurions plaisir à vous aider dans cette étape si cela fait sens pour vous.
    • Nous vous invitons à bien être parfaitement au clair avec cette association sur ses intentions et sur la raison d'être du projet. D'être parfaitement en phase, grâce à de nombreux échanges et écrits, avec la conception et le degré de liberté que cette association porteuse du projet acceptera de vous laisser.
    • Nous vous invitons à vous rapprocher d'associations locales ayant parfois plus d'habitudes sur la gouvernance partagée comme par exemple les Colibris, les Villes en transition ou Alternatiba. Un choix fait dans l'urgence au départ peut se révéler douloureux assez rapidement si l'association porteuse souhaite reprendre la main sur le jardin avec sa propre vision ou ses intentions ... non partagée. Nous vous déconseillons les associations "oldschool" ayant spécifiquement un projet horticole ou environnemental car leur mode de gouvernance est souvent peu en lien avec l'intention d'un jardin partagé. Et en même temps il y a forcément des exceptions ;-)

  • Etape 5 : Cahier des charges ? Vous pouvez poser des souhaits, voir des exigences (révisables) sur ce que vous recherchez. Expression du besoin: proximité route, bruit, eau, environnement, surface minimum, terre, ... Ce peut être très variable selon le niveau d'urbanisation.
    • Nous vous invitons néanmoins à ne pas être trop exigeant afin d'avoir plus d'opportunité, de commencer de suite même si le terrain n'est pas l'idéal ce qui vous fera une expérience et une légitimité pour lancer ensuite d'autres projets ailleurs avec plus d'opportunités. Et inspirer certainement aussi d'autres porteurs de projets.

  • Etape 6 : Visites ? Prévoir d'aller voir d'autres jardins partagés. C'est un moyen très efficace et très simple pour apprendre. C'est toujours très riche. Très concret. Permet de souder l'équipe. Toute visite sera la bienvenue même celle d'un jardin particulier. Vous pouvez aussi organiser une conférence ou la projection d'un film en lien avec le sujet. Une grainothèque ? Un apéro-graine ? Un "stage" de permaculture ?

  • Etape 7 : Communication ? Il est pratique de réaliser une "plaquette" pour résumer en un format A4 le projet. Ou une page FB. Ou un site. Vous pouvez créer une page sur ce site pour commencer à communiquer sur votre jardin. Nous pouvons vous y aider.

  • Etape 8 : Rdv avec institutions ? Quand vous commencez à être un peu au clair sur vos intentions, équipe, souhait, cahier des charges ... vous pouvez commencer à prendre des rdv auprès des institutions. Nous vous proposons de contacter ces institutions (mairie, communauté d'agglomération, association, institutions religieuses, ...) non pas pour demander un terrain mais pour leur demander des conseils sur les personnes à contacter pour avoir des idées et des conseils pour identifier un terrain potentiel ? Selon notre expérience et selon la disponibilité du porteur de projet il est possible d'obtenir un terrain entre 3 mois (il arrive même parfois que le terrain arrive tout seul comme un cadeau) à 18 mois.
Selon notre expérience, le terrain est ce qu'il y a de plus facile à obtenir. Nous savons qu'en disant cela nous risquons de vous surprendre. Toutes les étapes en amont sont en fait les plus difficiles, à savoir se changer soi-même et mettre de la clarté à plusieurs sur ce que nous voulons vivre à travers ce projet collectif.

A votre disposition si vous avez des demandes