La gestion de l'eau


1) Le grand cycle de l'eau

Quelle est la répartition de l'eau sur Terre ?
97% de l'eau disponible sur Terre est de l'eau salée, en déduction donc, seulement 3% est de l'eau douce, dont :
image image.png (2.3MB)
extraits https://www.usgs.gov/special-topic/water-science-school/science/where-earths-water?qt-science_center_objects=0#qt-science_center_objects
- 75% glaces et glaciers
- 13,5% nappes phréatiques profondes
- 11% nappes phréatiques peu profondes
- 0,3% lacs et étangs
- 0,06% contenus dans le sol
- 0,035% contenus dans l'atmosphère
- 0,03% dans les rivières

Il faut avoir conscience que l’eau sur la Terre est un élément présent en quantité finie. L’eau est un cycle fermé : il n’y a pas de création d’eau et toute perte d’eau est recyclée.

image Cycle_eau.png (1.0MB)
Cycle de l'eau sur Terre
Souvenez-vous de vos cours de primaire/collège sur le cycle de l'eau !
Il nous reste souvent en tête la partie condensation au-dessus de l'océan - nuages - pluie - ruissellement - rivière - océan. Or dans ce cas de figure la pluie NE SERT A RIEN. Pourquoi ? Nous pourrions apparenter cela à une canalisation sans fuite, l'eau circule mais personne n'y a accès. Or ce qui nous intéresse, ce sont les fuites ou plutôt la partie infiltration et stockage de l'eau dans le sol, dans la végétation ou dans des retenues d'eau !
Marc André Selosse dit notamment "Le sol c'est l'eau". Ce qui vit dans le sol a besoin de beaucoup plus d'eau que les organismes de surface. Et un sol vivant a une forte capacité de stockage de l'eau (l'humus peut stocker jusqu'à 15x son poids en eau). Le sol est un peu "la salle d'attente" de l'eau; elle y est retenue et libérée progressivement en fonction des besoins. A partir du moment où il y a suffisamment de sol vivant, le cycle de l'eau peut être modifié vers plus d'évaporation et moins d'écoulement. Un cycle vertueux est engagé : l'évaporation ou plutôt l'évapo-transpiration par les végétaux (essentiellement les arbres) va actionner un effet de pompe allant jusqu'à créer des "rivières atmosphériques" selon Ernst Zürcher. Eh oui, d'après certaines études, les précipitations au-dessous de la forêt amazonienne sont 3x plus importantes qu'au-dessus de l'océan ! Notez que dans une sylvosphère, pour 100% de précipitation, 50 à 70% est "consommée" par l'arbre puis relâchée sous forme d'évapo-transpiration et 30 à 50% percole directement dans le sol grâce aux réseaux racinaires et mycorhiziens. La présence de végétation est donc essentielle pour le climat et l'arbre en est un élément majeur .
Outre son action de pompe hydrique, l'arbre a aussi une action d'ascenseur hydrique car il cherche aussi de l'eau en profondeur. Lorsqu'il fait très chaud, les racines de surface transpirent et humidifient ainsi le sol et le système racinaire des plantes à proximité. C'est une pluie qui vient d'en bas !

Comment favoriser la bonne marche du cycle de l'eau ?
L'hydrologie régénérative est un moyen de favoriser ce cycle de l'eau. Elle consiste en 4 mots clés :Ralentir, Répartir, Infiltrer et Stocker
Plusieurs techniques peuvent répondre à ces actions :
- des techniques de gestion du paysage avec les keylines, les terrasses, les baissières (BaissierE);
- des techniques de création de micro-climat avec les jardins-forêts (JardinForet ) et les GuildeS ;
- des techniques de stockage avec le sol vivant (SolVivant).

2) Le petit cycle de l'eau
image image_6.png (0.3MB)
Fonctionnement hydrologique du terrain

Il désigne le parcours que l'eau emprunte du point de captage dans la rivière ou la nappe d'eau souterraine, ou encore la récupération des eaux de toiture, jusqu'à son rejet dans le milieu naturel, en passant par notre habitat. Il comprend donc le circuit de l'eau (potable ou non) que nous utilisons au quotidien et en aval les stratégies de traitement des eaux usées.

Quel est le fonctionnement hydrologique de mon terrain ?
Observer :
- les entrées
- les sorties
- la topographie (zones d'accumulation, zones d'érosion, sources...)

Comment calculer le volume d'eau récupérable sur votre toiture ?
SC x PA x DP = Volume en Litre par an
  • SC = surface de captage en m2 (longueur x largeur)
  • PA = pluviométrie annuelle (mm/an) : Toulouse 626mm en 2019
  • DP = coefficient de déperdition

Pour un toit incliné revêtu de tuiles : DP = 0,9
Pour un toit incliné revêtu de tôles ondulées : DP = 0,8
Pour un toit plat : DP = 0,6
Pour un sol en dur légèrement incliné : DP = 0,6

image image_3.png (0.2MB)
Pluviomètre DIY

Steve Read dans son livre "le génie de la permaculture" nous livre comment réaliser un pluviomètre maison.
Outil très utile pour relever les précipitations très localement !

3) "Cultiver" l'eau dans son jardin

Voici quelques actions à réaliser au jardin :
- améliorer le sol (sol couvert avec PaillagE ou EngraisVerts, sol aéré);
- limiter le ruissellement (BaissierE, terrasse...);
- "attirer l'eau" : créer des micro-climats en intégrant arbres (JardinForet et GuildeS ) et mares;
- éviter le pompage : planter des plantes adaptées à mon climat, faire de l'ombre pour éviter l'évaporation;
- gérer son besoin en eau : ArroseR de manière efficiente, cultiver sur des systèmes autonomes en eau (WickingBed);
- récupérer les eaux grises (phytoépuration, pédo-épuration...).

image image_1.png (0.5MB)
Manuel d’apprentissage de la permaculture pas à pas (Rosemary Morrow)