Rencontres Nationales Éducation sur la Reconnexion à la Nature, Un défi pour le 21ème siècle !
4 dates, 4 villes


Synthèse des huit mois d'atelier

Un compte-rendu tout chaud des huit mois d'atelier également disponible sur le magazine en ligne de Colibris

La 4ème et dernière rencontre de l'atelier à Paris les 15 et 16 juin 2019

Au Pin Paper au 2-4, impasse Lamier - 75011 Paris

Un premier jour, sous le format habituel de l'Agora avec des ateliers-débats autour de la question de Comment les collectivités accompagnent la connexion à la nature dans les milieux éducatifs ?.
Un second jour entièrement consacré à préparer une initiative commune aux réseaux d’éducation à la nature, institutions, fondations et collectivités, afin d'impulser un changement d’échelle, de cette reconnexion à la nature en milieux éducatifs, en France.

Ces rencontres sont gratuites et ouvertes à toutes et tous. Les enfants sont bien évidemment les bienvenus, tout en étant sous la responsabilité des parents.

Vous trouverez ci-dessous les premières informations.

Un résumé des ateliers du dimanche
La dernière journée de ces rencontres a été entièrement consacré à préparer une initiative commune aux réseaux d’éducation à la nature, institutions, fondations et collectivités, afin d'impulser un changement d’échelle, de cette reconnexion à la nature en milieux éducatifs, en France.
Nous avons profité de la présence de plusieurs acteurs de l'éducation et de la reconnexion à la nature pour aborder une question qui a émergé lors de plusieurs rencontres : Comment réussir à se mettre en lien pour apprendre à se connaitre et travailler ensemble ?
Une des réponses apporter : Créer un réseau, une coordination entre les différentes structures de l'éducation et de la reconnexion à la nature.
Après avoir posé ce constat, la première question sur laquelle il était évident de réfléchir, était "Faire réseau pour faire quoi ?"

Plusieurs réponses à cette question ont été donné par les participants. Ces réponses se regroupant selon 3 grands axes :
- Faire communauté pour se relier, se rencontrer, se consolider et enraciner notre intention commune.
- Inventaire de ce qui existe : Recherches et études, outils, initiatives, méthodes, expériences, réseaux,..
Diagnostic, diffuser, échanger, enrichir grâce à des formations existante ou à créer, des expériences, des rencontres. Travail en archipels : à plusieurs, tous, en groupes de travail ?
- Promouvoir la connexion à la nature :
  • créer des outils inspirants et percutants pour tous les publics,
  • enrichir nos messages et nos pratiques de communication,
  • plaidoyers,
  • Actions / événements collectifs
  • Lobbying / politiques publiques - infiltrations, institutions.
Connexion à la nature comme projet de société.

Compte-rendu des sous-groupes de travail :
Pour coordonner le réseau des acteurs de l'éducation et de la reconnexion/éducation à la nature, la première piste qui a émergé fut de créer un cercle de pilotage.
1 ) Qui ?
- Réprésentativité des acteurs de la reconexxion à la nature et sa promotion = diversité.
- Neutralité : chacune des personnes vient pour se mettre au service de la cause commune et non pas pour représenter une chapelle.
- Il est important que certains réseau y soit pour des raisons d'historicité :
-> Dynamique Sortir
-> CPN (Clubs Protéger la Nature)
-> RPPN (Réseau de pédagogie Par la Nature)
-> REN (Réseau École et Nature)
-> GSDL (Grand secret du lien)
-> Fondation Nature et Découverte, Fondation Terra Symbiosis et ? Fondation de France ?
-> Printemps de l'Éducation
-> Éducation Nationale (mission académique)
-> Chercherus en Sciences de l'Éducation et / ou Reconnexion à la nature
-> AFB (Agence Française de la Biodiversité)
-> OCCE (Office Centrale de Coopération à l'École)

-> Colibris pour partager son expertise sur la création et animation d'un réseau et la gouvernance.
2) Rôles et redevabilités de ce cercle de pilotage
- Fédérer les différents courants qui travaillent dans la reconnexion à la nature, des enfants, des parents, l'OCCE. = les différentes parties prenantes.
- Rédaction de la Feuille de Route de cette mise ne réseau -coordination
-> Priorités
-> Calendrier
-> Besoins humains : fiche de rôle
-> Besoins financier
-> Pérenniser le poste - le rôle
- Garant de la représentativité des idées
- Représente des courants - structures et non pas des intérêts individuels = garant de l'intérêt collectif et du bien commun
- Communication interne et externe au travers de différents médias
- Porte parole du projet
- Aller à la rencontre de structures soeurs
- Rechercher des financements
- Être l'organe de décision
- Se rendre disponible pour les différents temps de rendez-vous du cercle de pilotage
- Se définir un cadre de travail bienveillant en respectant le savoir être
- Se former aux outils d'intelligence collective
- Rédiger un appel à projet pour aller chercher des financements.

3) Comment ?
- Se rencontrer régulièrement et trouver un équilibre entre les réunions à distance (via outils numérique zoom) et les réunions en présence,
- Organiser un premier temps de travail pour définir comment ce cercle de pilotage va travailler ensemble son calendrier
- Prise en charge des frais de déplacement / hébergement / Repas par chaque structure.

4) Prochain petit pas possible (PPP)
- Rédiger les grandes lignes de la Feuille de Route du réseau, / de la coordination du réseau
-> Priorités
-> Calendrier
-> Besoins humains : fiche de rôle
-> Besoins financier
-> Pérenniser le poste - le rôle
- Définir le mode d'organisation pour connaitre les besoins en financement du projet globale.

5) Premier prochaine petit pas possible (PPPP)

- Une ou deux personnes référentes pour organiser la première réunion. Invitation des différents réseaux cités précédemment pour constituer le Copil.
- Chaque structure présente à cet atelier agora de Paris s'engage à faire un retour à sa structure
- Rédaction d'une synthèse de cet atelier en sous-groupe
- Envoi d'un mail à chaque référent de structure pour informer de la démarche
- Realisation d'un framadate pour fixer la première réunion à distance

Le groupe de travail sur un inventaire des actions existantes nous a rapidement amené à interroger ce que pouvait signifier la connexion à la nature. Nous nous sommes rendu compte que la plus lointaine référence au sein de notre groupe remonte à 2010, mais aussi que l’on pouvait faire le lien avec le film «La Belle Verte » où des gens se faisaient déconnecter de leur vie pour retrouver leur être véritable…

Ceci dit, ce qui a fait consensus, c’est qu’il est nécessaire de matérialiser, de compiler, de rendre disponible les moyens de la convergence à condition que cela soit fait dans une démarche d’ouverture et d’humilité. La quête de la bonne manière de connecter à la nature semble d’ores et déjà vaine, c’est la mise à disposition et la confiance qui permettront la mise en action.

Pour avancer dans un inventaire relatif aux pratiques de connexion à la nature tous les moyens de communication doivent être envisagés (films, tutos, rencontres, expérimentations et expériences, cartographie, site, témoignages, formations…).

De même ce travail supposera un travail de définition ou de clarification de ce que peut signifier cette notion de connexion qui ne semble être qu’un moyen, une voie possible vers un équilibre, une harmonie entre l’homme et la nature.

Nous devons prendre conscience et constater que cette intention prend aujourd’hui plusieurs formes et qu’il est nécessaire de répertorier et rendre visible ce qui existe pour pouvoir changer de paradigme, sortir de la course au projet et à la meilleure idée pour nous focaliser sur l’essentiel : la consolidation d’un lien équilibré avec la nature !

Ce qui existe prend différentes formes à recenser. Des projets, structures, réseaux existent et agissent et ont besoin de visibilité. Des outils, des postures, des approches pédagogiques, des recherches, méthodes, processus, rituels ont été et sont à proposés à des publics, il y a dans ces pratiques de quoi trouver chaussure à son pied !

De même des formations existent, la législation mérite d’être appréhendée clarifiée et discutée le cas échéant. Il s’agit clairement d’équiper celles et ceux qui le souhaitent dans la perspective d’une mise en action qui correspond à leur vision et à leur être. Et en ce sens, il serait bienvenu de ne pas hésiter à recenser aussi les limites, les échecs, les pièges et les écueils qui détournent parfois l’intention de départ.

Il y a donc du boulot et l’aboutissement pour ce projet n’existe pas, mais il est semble-t-il temps de faire clairement un point sur l’existant dans le domaine de la connexion à la nature.

CONTEXTE FAVORABLE
- Le sujet monte. Ça ressort de plus en plus dans les dernières grandes conférences sur l'environnement.
Dans ce plaidoyer, il faut faire comprendre l’importance de la connexion à la nature.
Besoin de nature, un sujet important et urgent.
- En 2020, il y aura le Congrès mondial UICN, c'est une occasion à saisir pour interpeller.
- 2020 : éléctions municipales. Comment mettre le sujet au programme ?
Il faut voir avec le CTC (Collectif pour une Transition Citoyenne) si on leur propose d’intégrer un texte de plaidoyer.
Rédiger une tribune, un plaidoyer pour la campagne. Rédiger un texte co-signé par toutes les structures…
- JM Blanquer : Annonces du 5 juin sur la Biodiversité. 2 annonces sur 8 sont utilisables pour la connexion à la nature.

FORMATION
Formation possibles ? Entraînement, formation pour devenir lobbyiste locaux.
Cf Bloom. Prendre exemple ou même demander de l'aide. (Nature et découverte connaît bien)

CONSTAT
- Dans les autres réseaux, on fait déjà le 1 et le 2. mais le point 3, les réseaux existants n’y arrivent pas.

PLAIDOYER
- Parmi les bénéfices. Notion de l’intérêt pour la santé. Levier efficace. Lutte contre sédentarité et santé physique et psychique.
- Choix des termes utilisés. Est-ce que "connexion à la nature", ça parle à tous ? Comment le présenter ?

COMMUNICATION
- Ce qui nous manque, pour basculer… c’est un récit commun.
- Rassembler des données avec l'aide de chercheurs, de porte-parole.
Comme ONG Bloom, avec chercheurs salariés, reconnus et légitimes.

- Expérimentation + Recherche action.
S’appuyer sur des exemples.
- Le REN (Réseau école et nature) est un des acteurs principales qui pourrait aider à répertorier les expérimentations réalisées ou en cours.
- Exemple d'expérimentation : « Aires marines éducatives » - financée par la fondation de France.
- Travail sur le rapport à la nature dans le cadre scolaire. Alix Cosquer avec Anne caroline. Projet de recherche pour 3 ans.
Avec protocoles validés et duplicables.
+ utile pour essaimage pour analyser les processus. Pourquoi ça marche, pourquoi ça ne marche pas.
Documenter.

QUESTION
- Qui on vise ? Quelle cible ?
Ex Bloom - Lobbying puissant en mobilisant différents types d’acteurs – population citoyenne, et pro de la pêche (acteurs)
Toucher les mairies mais aussi les communautés de communes
Ecoles mais pas que.

-Par quel médias ? Journaux, newsletter.
Voir si aide possible avec La Salamandre.

LOBBYING national (plus LT, avec juriste…)
- Lobbying pour faire changer les normes sécurité, normes écoles.
Ex – République tchèque. Faire changer le code de l’éducation.
- Changer programme éducation nationale


- Moïna FAUCHER DELAVIGNE : Journaliste. Co-auteur du livre L’enfant dans la nature. Pour une révolution verte dans l’éducation, éditions Fayard, qui sortira en septembre 2019.
- Matthieu CHERREAU : Journaliste écrivain. Co-auteur du livre L’enfant dans la nature. Pour une révolution verte dans l’éducation, éditions Fayard, qui sortira en septembre 2019.
- David SÈVE : Directeur des engagements et de la Fondation Nature et Découvertes chez Nature et Découvertes
- Célia BLAUEL : Adjointe à la Maire de Paris chargée de toutes les questions relatives à la transition écologique, au climat, à l'environnement, à l'eau et à l’assainissement. Présentation du programme Oasis dans les écoles de Paris et des actions municipales de connexion à la nature des enfants-jeunes.
- Solène ROISIN : Cheffe de Cabinet de Célia Blauel
- Florence HERRERO : Élue de la mairie du 20ème en charge de L’Education au Développement Durable. Enseignante et référente E3D dans son école
-François MORISSEAU : Chargé de mission mobilisation citoyenne, éducation à l'environnement et au développement durable à l’Office Français de la Biodiversité.
-Sylvie BOISGERAULT : Enseignante à l’école élémentaire les Cloutiers (82100), dans laquelle, elle développe un projet d'école axé autour de l'enfant et de la nature. Elle coordonne la manifestation Écol'ô Naturel en partenariat avec les acteurs du territoire, ainsi que le stage : « Vivre la nature à l’école » à l'attention des enseignants, éducateurs, parents, animé par Roland Gérard.
- Frédéric VOLLE : Enseignant de la Fédération des Enseignants de Qi Gong, Arts Energétiques et auteur de « Relaxation en mouvement » aux éditions Weka. Il pratique le Qi Gong depuis 2002, qu’il découvre avec son professeur d’Aïkido, Jean-Marc Martin.
-Gabriela FABRYOVA : Facilitatrice graphique. Elle mettra en image les différents échanges et contributions de ces deux journées. Pour la découvrir cliquer ICI

Et en exclusivité, le samedi soir, nous aurons la chance d’avoir avec nous Frédéric PLENARD , professeur des Sciences et Vie de la Terre et réalisateur, qui nous présentera en avant avant première le film le Grand Secret du Lien !!
Programme de la rencontre :

Programme de la rencontre
Pour ces deux jours, nous serons accueilli par l’espace Pin Paper au 2-4, impasse Lamier - 75011 Paris.
Pas d'hébergement possible. Nous vous laissons autonome pour vous organiser.
www.pan-piper.com

Pour vous inscrire, c'est par ici !



La 3ème rencontre a eu lieu à Montauban (82) les 3, 4 et 5 mai 2019


Ces rencontres sont gratuites et ouvertes à toutes et tous. Les enfants sont bien évidemment les bienvenus, tout en étant sous la responsabilité des parents.

La première vidéo disponibles!!

Entretien avec Roland Gérard

"Se reconnecter à la Nature"


Expert en éducation à l'environnement, auteur et conférencier, cofondateur du Réseau Ecole et Nature ainsi que du Collectif Français pour l'Education à l'Environnement vers un Développement Durable (CFEEDD) et de l'Espace National de Concertation (ENC) pour l'éducation à l'environnement et au développement durable. Toujours passionné de nature et de vie citoyenne.

Entretien avec François Lenormand

"Se reconnecter à la Nature"


François LENORMAND nous retrace ici l’aventure du Grand Secret du Lien , une initiative pédagogique très originale d’immersion de dizaines de jeunes dans la nature à travers la France, et titre du film qui en est tiré.
Cet ancien instituteur préside aujourd’hui le Club Protéger la Nature (CPN) La Sittelle en Normandie. Il est d'ailleurs vice-président de la Fédération des CPN, animateur du Collectif « Éduquer à la Nature » et concepteur-formateur à Centre d’Action Régionale pour le Développement Durable de l’Éducation Relative à l’Environnement (CARDERE). Avec Elise Darteyre, il vient de publier ce superbe guide pratique 50 aventures dans la nature que tu dois absolument faire avant 12 ans ! (Plume de carottes, mi 2019).

Entretien avec Marie-Dominique TRONCHON et Marc BERANGER

"Se reconnecter à la Nature"

Marie-Dominique TRONCHON et Marc BERANGER sont tous deux membres de l’Académie Aurore. Le projet de l’École Aurore s’enracine dans un contexte général de renouveau et permet de répondre aux enjeux de notre humanité dans le monde actuel en s’adressant à chacun-e comme « artiste opérateur de sa vie ». Ils nous parlent de la pédagogie dite Initiatique.
Marc Beranger est ostéopathe et énergéticien engagé dans la formation Aurore de l’académie Aurore. Il est aussi intervenant en arts martiaux et philosophie martiale.
Marie Dominique Tronchon est ostéopathe et danseuse. Elle intervient aussi dans la formation Aurore aux niveau de la conscience du corps. Elle a œuvré autour de la danse dite des planètes avec Céline Fuzeau.
Vous trouverez ci-dessous les informations sur la rencontre.

Entretien avec Hélène PANIEN et Sylvie BOISGERAULT

"Se reconnecter à la Nature"

Hélène Panien et Sylvie Boisgérault sont toutes deux enseignantes en école primaire dans le public. Elles nous partagent les initiatives de reconnexion à la nature qu'elles mettent en place dans leurs écoles.
Hélène Panien : Enseignante à l’école primaire Arc-en-ciel de Bordères sur l'Echez (65), elle y mène avec les classes de CP et de CE1, un projet « vivre la nature à l'école », en lien avec le programme d'éducation au développement durable à l'initiative de la Mairie de Tarbes, un programme découverte des oiseaux en partenariat avec la MNE65, sorties nature, classe dehors, coin nature... avec la participation des parents. Elle organise des stages de reconnexion à la nature animé par Roland Gérard « Vivre la nature à l'école » à l'attention des enseignants, éducateurs, parents.
Sylvie Boisgerault : Enseignante à l’école élémentaire les Cloutiers (82100), dans laquelle, elle développe un projet d'école axé autour de l'enfant et de la nature. Elle coordonne la manifestation Écol'ô Naturel en partenariat avec les acteurs du territoire, ainsi que le stage : « Vivre la nature à l’école » à l'attention des enseignants, éducateurs, parents, animé par Roland Gérard.

- Marie-Dominique TRONCHON : Ostéopathe et danseuse. Elle intervient aussi dans la formation Aurore aux niveau de la conscience du corps. Elle a œuvré autour de la danse dite des planètes avec Céline Fuzeau.
- Marc BERANGER : Ostéopathe et énergéticien engagé dans la formation Aurore de l’académie Aurore. Il est aussi intervenant en arts martiaux et philosophie martiale.;
- Un membre d’OSI (Objectifs Sciences International) : Cette association à but non lucratif propose depuis 1992 des projets d’éducation aux sciences et aux sciences citoyennes principalement aux travers de séjours de vacances scientifiques. Du fait de ses actions de sensibilisation et d’éducation aux sciences en gêner l et au développement durable en particulier, OSI possède le « Statut Consultatif Spécial » auprès de l’ONU (Ecosoc). Dans un cadre de nature enchanteur, leur équipe d’éducateurs scientifiques motivés se met en quatre pour permettre aux participants de vivre de formidables aventures scientifiques sur lesquelles ils peuvent se rendre acteur, s’impliquer, et s’engager pour un monde meilleur tout en passant de superbes vacances ou sorties scolaires ;
- François LENORMAND : ancien instituteur, il préside aujourd’hui le Club CPN (Clubs Protéger la Nature) La Sittelle, animateur du Réseau des CPN de Normandie, vice-président de la Fédération des CPN. Animateur du Collectif « Éduquer à la Nature » et concepteur-formateur à Centre d’Action Régionale pour le Développement Durable de l’Éducation Relative à l’Environnement (CARDERE);
- Roland Gérard Expert en éducation à l'environnement, auteur et conférencier, cofondateur du Réseau Ecole et Nature ainsi que du Collectif Français pour l'Education à l'Environnement vers un Développement Durable (CFEEDD) et de l'Espace National de Concertation (ENC) pour l'éducation à l'environnement et au développement durable. Toujours passionné de nature et de vie citoyenne ;
- Sylvie Boisgerault : Enseignante à l’école élémentaire les Cloutiers (82100), dans laquelle, elle développe un projet d'école axé autour de l'enfant et de la nature. Elle coordonne la manifestation Écol'ô Naturel en partenariat avec les acteurs du territoire, ainsi que le stage : « Vivre la nature à l’école » à l'attention des enseignants, éducateurs, parents, animé par Roland Gérard.
-Hélène Panien : Enseignante à l’école primaire Arc-en-ciel de Bordères sur l'Echez (65), elle y mène avec les classes de CP et de CE1, un projet « vivre la nature à l'école », en lien avec le programme d'éducation au développement durable à l'initiative de la Mairie de Tarbes, un programme découverte des oiseaux en partenariat avec la MNE65, sorties nature, classe dehors, coin nature... avec la participation des parents. Elle organise des stages de reconnexion à la nature animé par Roland Gérard « Vivre la nature à l'école » à l'attention des enseignants, éducateurs, parents.
- Manuel Mesquita : Responsable du site de l’Ecole Supérieur du Professorat et de l’Éducation (ESPÉ) de Montauban. Il organise et coordonne la formation des professionnels de l’éducation nationale;

Et en exclusivité, le vendredi soir, nous aurons la chance d’avoir avec nous Philippe Nicolas , enseignant trappeur, qui nous partagera au travers d’images, de vidéos, ses expériences d’expéditions en pleine nature avec ses élèves !!
Philippe Nicolas : Professeur des écoles au pied de la plus grande barre d’immeuble d’Europe, à Gennevilliers, depuis douze ans, et docteur en Sciences de l’Education, Philippe Nicolas admet sa formidable dépendance vis-à-vis de la nature sauvage… Sa pédagogie d’enseignant-trappeur « À l’école des éléments », reconnue par l’académie, se construit selon un processus en deux étapes : faire en sorte qu’il se passe une réelle rencontre entre l’enfant et la nature afin que l’enfant devenu adulte, vive pleinement son lien avec celle-ci;
Programme de la rencontre :

Programme 3ème Rencontre Montauban



La 2nde rencontre a lieu à Lyon (69) les 2 et 3 février 2019


Les secondes rencontres nationales de l'atelier éducation ont lieu au Collège Charles de Foucauld situé 9, rue de l'Est - 69003 LYON.

Comme pour la précédente, nous vous avions concocté un joli programme riche et dense. Une pluralité d’intervenant-e-s pour aborder l’importance de l'intégration de la nature dans les structures éducatives et notre perception corps - nature.

- Nessia Fellmann : Masseur kinésithérapeute de formation (DE 1983), diplômée de fasciathérapie MDB (thérapie manuelle et thérapie gestuelle) et titulaire d’un Master en Pédagogie Perceptive (UFP, Portugal). Praticienne en libéral à Paris et Formatrice, son domaine de recherche privilégie la pédagogie de prise de conscience du corps ;
- Patricia Junh Singh : Fondatrice de Terra Symbiosis ;
- Pascal Rollet : Professeur d’architecture titulaire à l’école d’architecture de Grenoble. Membre de l’unité de recherche Architecture, Environnement & Cultures Constructives (AE&CC) labellisée LABEX dans le cadre des investissements d’avenir 2011.
Directeur scientifique de la Chaire partenariale « Habitat du Futur », labellisée par le Ministére de la Culture et regroupant les quatre écoles d’architecture de la région Auvergne- Rhône-Alpes et les Grands Ateliers.
Fondateur de l’agence Lipsky + Rollet architectes ;
- Julien Perrot : fondateur du groupe médias La Salamandre, Suisse ;
- Hugues Mouret naturaliste, cofondateur et directeur scientifique de l’association Arthropologia (Rhône-Alpes) ;
- Bruno Charles, Vice-Président de la Métropole de Lyon en charge du Développement Durable, de la Biodiversité, de la Trame Verte et de la Politique Agricole (69) ;
- Muriel Fifils : Directrice de l’école Pratique de la Nature et des Savoirs, Caminando ;
- Raphael Mellado : Printemps de l'Éducation, enseignant ;
- Chloé Dautry : Ashoka pour le projet "Lyon Métropole Apprenante" ;
- Filigrane : collaboration entre l'association et l’Unité Éducative en Accueil de Jour (UEAJ) de Charpennes (Villeurbanne) pour mettre en place un jardin artistique collectif dans l'établissement ;
- La MJC Prequ'île Confluence : L'association gère et anime des jardins dans les quartiers depuis quelques années, et propose dans ces lieux des activités de découverte du jardinage, de sensibilisation à la nature et à l’éco-citoyenneté ;
- Ka'fête ô mômes : Situé sur les pentes de la Croix-Rousse de Lyon, ce lieu original de garde innovante pour les enfants après l’école et pendant les vacances scolaires accueille aussi un café familial ;
- Lionel Viard : Back To The Trees est un événement artistique singulier, qui invite des artistes de tous horizons à parler d’arbres en forêt.

Et en exclusivité, le samedi soir, nous aurons la chance de projeter le film “Être plutôt qu'Avoir” qui explore le champ de l'éducation. La projection sera suivi d’un débat en présence d'Agnès Fouilleux, réalisatrice du film et d'Antonella Vierdiani.
Antonella Vierdiani est docteur en Sciences de l'éducation, elle a été spécialiste d'éducation à la paix à l'UNESCO (1987-2005). Consultante internationale et chercheuse, elle forme enseignants et parents selon son approche « Éduquer à la joie ». A l'initiative du mouvement Printemps de l'éducation (https://printemps-education.org/), elle a publié Ces écoles qui rendent nos enfants heureux (Actes Sud, 2012) et Renouer avec la Joie de l'enfance (Eyrolles, 2017).
Action {{col ...}} : l'action {{col ...}} doit être fermée par une action {{end elem="col"}}.
Programme de la rencontre :
Télécharger le Programme

En avant première, quelques photos de la facilitation graphique réalisée par François Dalahaie . Elles résument quelques un de nos échanges.


Action {{col ...}} : l'action {{col ...}} doit être fermée par une action {{end elem="col"}}.
image facilitation1_se_reconnecter.jpg (1.2MB)
image institutions_education_collectivites.jpg (2.3MB)

Action {{col ...}} : l'action {{col ...}} doit être fermée par une action {{end elem="col"}}.
image fondation_terra_symbiosis.jpg (2.1MB)
image corps_espace_architecture.jpg (1.8MB)

Action {{col ...}} : l'action {{col ...}} doit être fermée par une action {{end elem="col"}}.
image Changerlescoursdecole.jpg (3.0MB)
Action {{col ...}} : l'action {{col ...}} doit être fermée par une action {{end elem="col"}}.
image Uneformationaccessiblepourtous.jpg (3.0MB)
Action {{col ...}} : l'action {{col ...}} doit être fermée par une action {{end elem="col"}}.
image BackToTheTree.jpg (2.6MB)


La vidéo de la rencontre :



Antonella Verdiani et Agnès Fouilleux

Regards croisés sur l'éducation


Antonella est docteure en Sciences de l'éducation, spécialiste d'éducation à la paix. Elle forme enseignants et parents selon son approche « Éduquer à la joie ». À l'initiative du mouvement Printemps de l'éducation, partenaire de cet atelier, elle a publié "Ces écoles qui rendent nos enfants heureux" (Actes Sud, 2012) et "Renouer avec la joie de l'enfance" (Eyrolles, 2017).

Globe-trotter, professionnelle de l’image, Agnès débute en tant que journaliste et photographe indépendante spécialisée dans le sport de montagne. Elle se forme ensuite au CFPJ au reportage audiovisuel, et ajoute ainsi la réalisation à son arc. En collaboration avec France 3, elle signe de nombreux sujets et documentaires sur l’Asie, plus particulièrement sur l’Himalaya et le Tibet. Par la suite, Agnès réalise et produit ses propres documentaires, notamment "Un aller simple pour Maoré", et "Être plutôt qu’Avoir".

Entretien avec Pascal Rollet

L'apprentissage expérimental en architecture

Pascal Rollet fait part de l’intérêt de l’apprentissage expérimentale en architecture.
Fondateur de l’agence Lipsky + Rollet architectes Pascal Rollet est également directeur scientifique de la chaire partenariale « Habitat du Futur » pour les quatre écoles d’architecture de la région Auvergne- Rhône-Alpes et les Grands Ateliers.

Entretien avec Nessia Fellmann

La perception par le corps

Nessia Fellmann nous explique les relations entre notre corps et l’espace, et plus précisément comment gagner en perception de soi, de l’autre et de l’environnement.
Masseur kinésithérapeute de formation , diplômée de fasciathérapie MDB et titulaire d’un Master en Pédagogie Perceptive (UFP, Portugal). Nessia Fellmann est praticienne et formatrice à Paris. Son domaine de recherche privilégie la pédagogie de prise de conscience du corps.

Entretien avec Bruno Charles

L'importance de la coopération entre citoyens, associations et collectivités territoriales

Bruno Charles témoigne de l’importance de la coopération entre les citoyens et citoyennes, les acteurs locaux et les collectivités territoriales dans la mise en oeuvre d’action concrètes sur les territoires. Vice-Président de la Métropole de Lyon en charge du Développement Durable, de la Biodiversité, de la Trame Verte et de la Politique Agricole (69) ;

Entretien avec Philippe Garcin

"Se reconnecter à la Nature"


Philippe Garcin, directeur de l'agence In Hominé. Il met en lumière l’impact des paroles de Descartes sur la place de la nature, ou leurs interprétations, sur nos croyances actuelles. Philippe Garcin et ses partenaires agencent prospective, regards croisés entre pairs, projets personnels et impact sociétal, pour donner du sens aux nouvelles stratégies économiques des organisations.

Vidéo Back To The Trees - Lionel Viard

"Se reconnecter à la Nature"


Back to the Trees est un événement artistique singulier, qui invite des artistes de tous horizons à parler d’arbres en forêt. Après 11 éditions depuis 2011dans le Doubs, dans le Jura, en Gironde, en Ardèche, en Suisse et au Bangladesh, l’événement donne plusieurs rendez-vous à l'été 2019 : dans le Doubs, dans le Jura, en Gironde, en Suisse, au Kosovo et au Togo.
Prochaine édition : Samedi 29 juin à Saint-Vit (Doubs)
http://www.backtothetrees.net/fr/

Un résumé des ateliers en sous-groupes du samedi après-midi.
Trois questionnement sont ressortis des échanges de notre 1ère rencontre qui a eu lieu en novembre dans le Var.
  • Comment repenser les architectures en milieu éducatif pour remettre l'enfant au coeur du vivant ?
  • Impulser, mobiliser pour une connexion à la nature,
  • Créer des formations pour se reconnecter au vivant.
Après un bref retour des échanges de novembre, les groupes se sont vus proposés de déterminer 3 freins qui empêchent la libération de l'action, puis ont été invité à proposer des actions envisageables pour lever ces freins, et proposer les acteurs à solliciter pour réaliser ces actions.
Pour lire les résumés, cliquez sur les accordéons ci-dessous.

Les freins :
- Méthode montage
- Pas de construction collective
- Pas de place pour initiatives parents
- Placage de projets
- Parents
- Sécurité, responsabilité enseignants
- Règlements scolaires
- Autres règlements, notes
- Établissement recevant du public
- Problématique d’assurance
- Principe de précaution pour gérer la question des risques
- Vigipirate sur tous les espaces publics + PRS

Propositions :
- Vérification des textes : mettre en ligne des synthèses sur ce qu’il est possible de faire au niveau règlementaire (cf Réseau Ecole et Nature)
- Attention aux aires de jeux soumises à des règlements trop lourds -> on en créé sans les nommer ainsi et on peut faire des choses
- Actions citoyennes collectives qui désobéissent et qui s’ouvrent : reprise de pouvoir
- Réinterpréter les règlements, les questionner par des actions
- Entretien : -> cher en terme de calcul économique
  • -> « propre »
  • -> Et les temps hors école

Les possibles :
- Implique les citoyens (enfants, parents, associations) en plus des espaces verts des collectivités
- Apporter un financement citoyens/parents et/ou Etat pour permettre un investissement sur les espaces verts. Ex : poulailler quand l’établissement est fermé.
- Mettre en oeuvre des espaces semi-naturels qui vivent leur vie
- Partage des espaces « verts » potagers : dans l’enceinte de l’école ou accessible à tous ?
- Si on reste dans l’espace école, on gère à l’échelle du territoire : hors temps scolaire. Aide pour organisation et financements par communes pour faire intervenir d’autres acteurs : associations, acteurs insertion, professionnel éducation nature, etc.

Les principaux freins d'une inclusion de la nature dans l'éducation :
-la réglementation qui limite les opportunités de sorties, d'improvisation, et qui monopolise le temps avec des programmes pour l'éducation nationale...
-l'argent, les budgets pour se faire accompagner par des experts de la nature
-la distance aux espaces de nature quand on est en ville

Pour chacun de ces freins qui ne sont pas tous cités, des pistes ont été relevées

-Sur la réglementation, le réseau école et nature travaille actuellement à un rassemblement des textes de lois afin de les rendre accessibles. Et pour les programmes, la Salamandre rend accessible pour toutes les dimensions du programme des activités nature permettant d'acquérir des compétences scolaires au dehors!
-Les budgets sont un soucis qui peut se contourner soit en faisant appel à des fondations, soit en mobilisant des réseaux comme les CPN ou Graines. De plus, le réseau école et nature met à disposition des fiches activités http://reseauecoleetnature.org/fiches.html Aussi chacun peut déjà se mobiliser et mobiliser les réseaux existants!
-Pour la distance avec la nature, plusieurs pistes ont été soulevées, tout d'abord, en voyant la nature comme présente partout, y compris en nous, il est possible de se lancer dans des actions de connexions partout où il y a des gens, et en cherchant bien, on trouve des insectes, des minéraux... Il y a aussi la possibilité de faire venir la nature dans les espaces, avec un bac de jardinage, en invitants des animaux, en participant aux projets de végétalisation des cours d'école... De plus, il est et reste possible d'organiser des classes vertes, des sorties aux bois, de prendre le temps d'aller vers les espaces de nature, même en vivant en ville, cela demande cependant de nouvelles habitudes.

Après un temps pour recenser l’état des lieux, il est proposé au groupe de cibler 3 freins et d’y apporter des réponses / solutions

Freins n°1 : Compétence en communication
Solutions :
- Mobiliser par des professionnels de la communication
- Communication par nous tous :
- Témoigner des résultats et bénéfices en terme de bien-être, de joie. Montrer des exemples.
- Éviter de chercher à convaincre
- Éviter de focaliser sur le négatif
- Collectivement : confronter localement les méthodes de communication. Intelligence collective


Freins n°2 : Absence de volonté institutionnelle
Solution:
- Intéresser et mobiliser les mouvement citoyens : commencer sans institution
- Penser le projet sans les institutions ?
- Inspirer par l’exemple : ailleurs, pays étrangers,…
ex : écoles alternatives, éducation nationale…
- Communiquer via des témoignages sur les initiatives qui fonctionnent

Freins n°3 : Diversité des motivations du public des formations
Solution : Variété
- Partir de la où en est la personne, quels sont ses besoins
- Pas une seule méthode : petits pas : outils à partager
- Expérience à partir du corps
- Motivation - curiosité : ne sent pas jugée mais actrice
- Mesure des résultats pour la personne.

Proposition :
Accompagnement : Formation / Sensibilisation
  • Pour tous / Certains Pros, élus, enfants, parents, éducateurs
    • Partout / Sur un territoire
      • Donner envie / « Obliger »
Créer un accompagnement qui donne envie à tous de se reconnecter à la Nature


La 1ère rencontre a eut lieu à Saint-Maximin (83) les 2, 3 et 4 Novembre 2018

au Lycée Agricole Provence Verte

Cette rencontre a été riche et dense en débats, et rencontres :-) !!
Une vidéo et quelques photos qui vous permettront d'avoir un aperçu et un résumé des échanges qui ont été riches et dense !!




Trois questionnement sont ressortis des échanges. Dès à présent, grâce à la plateforme monprintemps vous pouvez contribuer, donner votre regard, partager votre expertise sur ces 3 questionnements :

Déposez vos réactions, vos ressources et votre regard sur ces questions, sur l'espace de consultation en ligne :

La plateforme d'échange Printemps de l'Éducation

- Alix Cosquer (Docteure en psychologie environnementale / psychologie de la conservation, CEFS Montpellier);
- Candice Giacomino et Sophie Bouquerel (Praticiennes en somato–psychopédagogie, impliquées dans le projet “Le grand secret du Lien”);
- Christian Brayer (Directeur du Lycée Agricole Provence verte);
- Erwan Redon (Fondateur de Bricabracs, espace éducatif et social);
- Laetitia Cochinal et Nicolas Gey (Directeur de l’école primaire Montessori Terres des Sylvains);
- Muriel Fifils (Directrice de l’école Pratique de la Nature et des Savoirs, Caminando);
- Caroline Tissier et des jeunes du Conseil Municipales des Jeunes de Pourrières (83);
- Nelly Rougevin et Cécile Dubois-Lacoste (Enseignantes au collège La Marquisane).

Et en exclusivité, le samedi soir, nous aurons la chance de projeter le film “L’autre connexion, une école dans la nature sauvage” qui dresse un portrait saisissant d’une école en pleine nature à l’extrême nord-ouest du Canada, en Colombie Britannique. La projection sera suivi d’un débat en présence de Norbert Fond, fondateur de PermaVisions.
Action {{col ...}} : l'action {{col ...}} doit être fermée par une action {{end elem="col"}}.
Programme de la rencontre :
Télécharger le Programme
Nous serons accueilli par le lycée Agricole Provence Verte de Saint-Maximin. Il nous ouvrira les portes de ses locaux pour les conférences, débats et ateliers de ces 2 jours et demi...
Il ouvre aussi les portes de son internat pour faciliter les hébergements. Les chambres permettront d'accueillir chacune entre 3 et 6 personnes.
Il nous ouvre également les portes de ses cuisines pour les repas, qui seront confectionnés sur place avec les produits locaux et pour certains produits sur place par élèves !!
Pour découvrir le site du Lycée, c'est par ICI