Boîte à idées

Libérez le colibri qui est en vous ! Inscrivez ici vos suggestions, vos idées, tout ce qui vous passe par la tête afin d'améliorer ce site et le fonctionnement de l'Agora. 😃




Bonjour


nous habitons et proposons de partager avec deux couples retraités dans le sud Ardèche, une maison de plain pied avec jardin, dans un lotissement en bordure d'un village, à côté des commodités recherchées quand on a un certain âge ( 66 et 61 ans) et qu'on a des soucis de santé , ce qui est le cas de mon mari (labo, pharmacie, arrêt des cars etc...).

Un désir de partage, possible car vérifié à la Maison des parents de Lyon, qui accueille les proches de malades : chacun a sa chambre et sa salle d'eau, mais il y a salon, cuisine partagés aux horaires libres, placard et frigo individuel...Mélange des personnes de tous horizons..;et ça le fait. A refaire chez nous!

Est-ce que vous connaissez déjà ce type de fonctionnement? Quelle formule juridique faut-il imaginer? Plutôt que de se lancer dans l'habitat participatif , pourquoi ne pas utiliser l'existant?
Nicole et Max

Nicole 07
le 20.10.2018 16:32:58

Réponse de l'Agora:


BOnjour,

j'ai 4 enfants : 11, 12, 14 et 17
Je recherche désespérement une source fiable pour convaincre mes enfants dans leurs choix d'études, afin d'être orienté vers un futur professionnel eco-responsable et participatif. Je trouve des articles deci delà sur "les métiers qui recrutent dans l'environnement" ... mais rien de clair ou de précis.
Est-il possible de disposer d'une source d'info métiers, type ONISEP, mais validée par la communauté des colibris ?
Quelles sont les métiers du futur ? Et aussi : quelles sont les métiers sans avenir pour "raison écologique" (genre pétrochimie) ?
Merci pour votre aide ... c'est urgent ... comme tout ce qui concerne l'environnement.

Stéphane Thabouret
le 4.10.2018 17:37:06

Réponse de l'Agora:


Ce n'est pas une, mais plusieurs idées :

1) Pour me situer
Mon premier contact avec l’informatique date des années 70. J’étais ingénieur TP et ma femme avait une maîtrise d’informatique de la première année de création de cette maîtrise à Grenoble. Nous étions à Compiègne, j’étais dans le service de la navigation (Belgique Paris est), et ma femme travaillait au « Service technique des ports maritimes et voies navigables », elle travaillait sur un terminal relié à un IBM du SETRA à Paris. Son service, voisin du mien, venait de s’équiper d’un EMD 8-48, un micro-ordinateur Dassault de l’époque qui nous permettait d’écrire (en langage machine) sur 8 séquences de 48 instructions chacune, et le passage d’une séquence à la suivante offrait trois possibilité de tests : la poursuite du calcul, le bouclage sur la (ou les) séquences précédentes et enfin le saut de la séquence qui suivait. Je me suis ensuite formé au Fortran sans ne jamais plus avoir l’occasion de m’en servir. Je ferme la parenthèse sur ce sujet.
Je me suis remis à l’informatique en 1990, soit vingt ans après, en installant Windows dans mon service (le Service de l’aménagement et de l’urbanisme de la DDE, et j’étais alors à Digne).
Actuellement à la retraite, j’ai concrétisé quelque chose qui me tenait à cœur, il s’agit de la réflexion philosophique, et plus spécialement de l’éthique, laquelle m’a ensuite conduit à poursuivre par une réflexion politique, et c’est elle qui m’a conduit à réfléchir sur le « numérique ». J’ai constaté que, comme à son habitude, l’homme était en train de déraper faute d’être capable de se modérer (cf. Epicure !).
En règle générale, je ne tolère pas que mes appareils fassent des choses que je ne leur ai pas demandées. C’est aussi vrai pour mes appareils ménagers que pour ma voiture ou pour mon ordinateur. De même je ne tolère pas de n’avoir aucun choix possible, surtout quand l’objet ne me satisfait pas, ce qui est le cas pour tous les logiciels de mes ordinateurs (notamment Windows 10 que je ne supporte pas) … il est inutile que je développe le livre « L’homme nu » l’a déjà fort bien fait. Je souligne au passage que je m’étonne d’être obligé d’attendre parfois plusieurs minutes pour pouvoir ouvrir un document Word …

Je revendique le droit de ne pas me connecter, et celui d’interdire à quiconque de me connecter sans mon accord expresse. Une telle revendication aurait été conforme aux Déclarations des droits de l’homme de 1789 et 1795 qui interdisait formellement l’accès à mon courrier et à mes appelle téléphonique. C’est malheureusement une disposition qui n’a pas été reprise dans la déclaration universelle de 1948, de même que n’y a pas été reprise la règle d’or qui figurait aussi dans nos deux déclarations précitées.

Declaration des devoirs de l’homme16/04/1795
…/…
Art III.
La liberté d'agir, n'étant que le pouvoir de faire ce qui ne nuit pas a autrui, ne peut jamais entraîner l'impunité des actions criminelles.

DROITS
…/…
Article 2. -
La liberté consiste à pouvoir faire ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui.
DEVOIRS
…/…
Article 2. -
Tous les devoirs de l'homme et du citoyen dérivent de ces deux principes, gravés par la nature dans tous les cœurs :

  • Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fît.
  • Faites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir.


2) - Une note que je crois avoir déjà envoyée à colibris

Il existe l’association Framasoft pour qui veut dégoogliser le numérique, et moi je cherche carrément à me « dégafamiser », mais voilà : je ne trouve aucun interlocuteur pour y parvenir, et c’est là l’objet de ce mail.

Sachant que j’approche des 80 berges et que je n’ai plus le courage de m’investir, il faut donc que quelqu’un puisse me fournir un dispositif complet, bien évidement sur la base de LINUX GNU et de la bureautique Libreoffice (ce que j’ai déjà) qu’il faut compléter par un accès internet, une boite mail et son carnet d’adresse.
L’accès internet devra permettre mes accès personnels (banques, EDF ou autres, impôts, etc. … avec la bande « accès rapide »).
Il me faut aussi un outil multimedia (image, son et video), dont il pourrait être souhaitable de séparer la video compte tenu de son fort appétit en mémoire.
Je ne saurais dire s’il me faut un outil « réseau social », actuellement je n’en prati, ue aucun, car Facebook, Twitter, linkdl, etc. … ne correspondent pas à ma philosophie … Par contre il me parait indispensable de disposer d’un réseau local pour les associations

Cela ne fait pour moi aucun doute : beaucoup de gens seraient désireux de pouvoir se dégafamiser, les clients existent tant chez les particuliers que dans de nombreuses associations. Les éléments pour réaliser le « dégafamage » existent, il ne manque que la synthèse dont des gens comme moi auraient besoin.

Complément pour bien situer les fondements de ma démarche

Ce souhait de vouloir me dégafamiser résulte d’une longue réflexion (de plus de cinquante ans) qui fut d’abord philosophique, une recherche sur les obstacles à l’harmonie cde notre vie collective, qui s’est poursuivie par une réflexion politique, car c’est la politique qui fixe les règles de note vie collective.
Bien que cette réflexion soit très proche de celle de ceux qui pensent comme Apitux, (Framasoft, INOOO, etc.) elle va souvent beaucoup plus loin.
C’est ainsi que je reproche à des associations citoyennes d’être fières d’avoir participé à l’élaboration de la loi sur la « République numérique » car j’estime qu’ils auraient du demander en priorité l’élaboration d’une loi sur le « Citoyen et numérique ».
Et c’est ainsi que je critique aussi le RGDP car je considère qu’il officialise, de fait, les droits du GAFAM à lire mon courrier et à écouter mes communications téléphoniques, alors que moi je revendique le droit de choisir mes connections et je revendique celui de ne pas être connecté à mon insu. Mon souhait est d’ailleurs un droit légitime qui m’est donné par l’article 12 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule :
Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, …/…
(immixtions=ingérence)

3) – Une autre, (qui accompagne ma signature du pacte numérique)

Commentaire à ma signature du 12/06/2018
Attention ! C'est une erreur de croire que le RGDP protègerait nos données personnelles. En premier lieu il officialise le droit des GAFAM et autres à piller et à exploiter nos données personnelles. La seule solution est de se débarrasser du GAFAM, lequel constitue d'ailleurs un monopole de fait ! Face à la loi "République numérique", il nous faut une loi "Citoyen numérique" qui, notamment, protègerait les citoyens contre toute intrusion dans leurs données personnelles (hors celles de la justice ou de la police).

4) - une dernière

Il ne fait pour moi aucun doute que le « numériquegate » (mot que j’ai créé) existe déjà, mais aucune structure ne me semble exister pour détecter sa présence et confirmer mon « hypothèse », laquelle repose sur le fait que les pontes du GAFAM et leurs sbires fonctionnent sur le même système que ceux qui ont fomenter le Watergate et le dieselgate. Le « numériquegate » a d’ailleurs déjà servi au moins deux fois : quand il a pipé les dés à l’occasion de quelques élections récentes, et quand Apple a ralenti certains de ses portables pour ne pas reconnaître qu’ils avaient des batteries défectueuses.
N’est-il pas curieux que mon ordinateur me demande plusieurs fois de recommencer l’annulation de mail publicitaires ?
Les restrictions apporter à ma fonction « suprimer » me persuade aussi que cette fonction doit être bloquée soit par une autre qui est en train de s’occuper à enregistrer des pub, soit par une autre en train d’espionner mon micro. De même, les délais de réponse quand je n’utilise que la bureautique sont injustifiable car il n’y a aucune raison pour que ce qui fonctionnait quand j’avais 8Mo de mémoire puisse poser problème avec mes 4 ou 8 Giga actuels …

Je précise aussi qu’ils sont de la même graines que ceux de Telecom qui vont prochainement passer en correctionnel pour avoir conduit environ 200 de leurs employés au suicide.

5) Suite de mes écrits
On connaît la propension de l’homme au gaspillage.
Cette pratique se retrouve dans l’utilisation sans réflexion de la capacité de mémoire dont disposent ses ordinateurs. Mais les ordinateurs le lui font payer et il ne s’en rend même pas compte.
Ceux qui douteraient de mon propos devraient n’ont qu’a comparer les capacités mémoires des micro qui portaient Window 98 (et même 95 !), et les comparer avec les temps de réponse d’une même question. En théorie, une telle comparaison est infaisable, et elle ne peut pas être faite entre les Window de 95 et 98. L’absence de réflexion sur la gestion de la mémoire me parait bien être la raison des délais de d’aujourd’hui, et y’a pas photo !
De plus, la programmation vendue avec les ordinateurs est conçu pour servir d’abord le concepteur (ou celui qui finance la conception) et non pas pour servir d’abord les besoins du client. C’est là une évidence : interrogeais votre ordinateur et vous verrez d’abord apparaître des publicités et non pas l’affichage de ce que vous avez demandé … et la publicité arrive souvent sans que ce que j’ai demandé ne suive … et l’ordinateur m’affiche : « le chargement a échoué, cliquez ici pour recharger la page » …

6) - Et aussi : Démocratie participative
Réforme des retraites
Commentaires de Michel BEAUME sur le cite de cette appel à participation :
(Envoyé à H Geist)
Les consultations citoyennes ne sont qu'un moyen de manipulation car c'est l'état qui fixe les questions auxquelles on doit répondre. Ainsi, la consultation sur la "République numérique" aurait dû être précédée de celle sur une loi "citoyen et numérique", laquelle aurait certainement évité que je ne fasse la remarque suivante ... De même l'approbation du RGDP aurait dû être précédée d'une information précisant que ce RGDP officialisait de fait le droit "GAFAM & Co" à ouvrir notre courrier et à écouter nos communications téléphoniques, alors que cela contrevient aux dispositions de l'article 12 de la Déclaration universelle des droits de l'homme : "Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, …/…".
Dans le cas présent, une petite réflexion (philosophique, bien sûr) aurait hiérarchisé les problèmes et aurait alors imposé qu'on parle en premier lieu "des retraités démunis", c'est à dire de tous ceux qui sont en dessous du seuil de pauvreté (1 008 euro), question qui aurait alors conduit à une petite réflexion (philosophique, bien sûr) quant à la pauvreté en général ... et aurait peut-être conduit à réfléchir à un "revenu de base inconditionnel" car les solutions éventuelles au problème ne sont pas nombreuses

Beaume Michel
le 7.09.2018 10:56:06

Réponse de l'Agora:


Utiliser peertube pour vidéos du site colibri. Peertube est la nouvelle alternative décentralisée de youtube.

Vous pouvez héberger votre instance ou utiliser une instance déjà existante. La liste des instances se trouve en ligne.

Alcalyn
le 7.07.2018 02:27:59

Réponse de l'Agora:


En me promenant en ville en été j'ai reçu des bouffées de chaleurs très désagréable : ça venait des clim qui jetaient leurs calories à la figure des passants. Mon mental c'est mis en marche et voilà le résumé du dialogue intérieur: non seulement une clim ça consomme du jus mais en rejetant les calories prises à l'intérieur pour les mettre à l'extérieur elle impose aux voisins de faire la même chose pour ne pas être un "réchauffé passif"! donc d'ici peu on consommera plus de watt en été qu'en hivers et au dépend de la planète et des pauvres gens qui vont encore se saigner pour accéder au confort. hum, problème! J'ai donc gambergé un petit moment et l'idée a germé. l'individuel c'est le pire; pensons collectif et global. Toutes les villes sont traversées par une (au moins) rivière; si la collectivité détournais une partie du cours d'eau en amont de la ville et lui faisait traverser la cité en parallèle aux égouts sous une faible pression, chaque foyer pourrait se connecter à ce réseau et avoir sa clim par le plafond (sur le même principe que le chauffage par le sol) et le tour est joué un robinet avec thermostat et l'eau est rejeté dans le pluvial. pour trois sous chacun à sa fraîcheur et la planète rigole! peut-être pas EDF). Suite à essais il est bon de coupler avec un petit ventilateur solaire pour mélanger les couches de température.

Ghihory
le 28.03.2018 22:58:03

Réponse de l'Agora:


un sujet de réflexion : "l'architecture de cueillette"

> Comment construire sans nuire à la planète?
1/ La surexploitation du sable devrait nous inciter à éviter le béton...
2/ Nos forêts donnent du bois mais il faudrait l'aider à se régénérer...

> Quel matériaux choisir?
1/ A chaque site son matériaux pour s'adapter à son environnement.
2/ Réduire le transport des matériaux et donc le coût
3/ La pierre, la terre et la paille ont des avantages que nous sous-exploitons.

> Réutiliser / Recycler?
1/ Des matériaux naturels peuvent retourner à cet état après utilisation.
2/ Réduire nos déchets en les réutilisant pour la construction.

> Coût
1/ Économie du transport et main d’œuvre locale.

Des initiatives voient le jour un peu partout... Continuons les débats et les réflexions pour un changement de mentalités au sujet de nos bâtiments!

mathilde
le 20.02.2018 08:04:08

Réponse de l'Agora:


comment venir à bout des sacs plastiques !
une plaie dans notre quotidien
une plaie pour nos eco-systèmes
pour.nos océans, rivieres nos forêts, nos.sols ...
j essaie de.changer les usages autour de moi et je m heurte à de l.indifference , de l'agacement face aux motifs que j 'invoquent
à San Francisco ils ont réussi la peformance du zéro plastique
une vraie révolution
qui serait urgente et nécessaire à essaimer et dupliquer et pourquoi pas.en France aussi ...
il suffirait de convaincre et surtout casser des mauvaises habitudes et de dépendance au sac plastique

rabhi
le 24.01.2018 22:02:17

Réponse de l'Agora:


Suite à la partie présentielle de l'Agora, il me semble essentiel de pouvoir facilement identifier les personnes et leurs principales compétences en lien avec le sujet. Je crois que la carte devrait bientôt le permettre. Je rajouterais le besoin de partager les principales initiatives innovantes ou intéressantes sur ce sujet, voir les projets en cours car il avait pas mal de personnes avec des projets en cours de maturation.

Merci !

Frédéric Gay
le 22.01.2018 15:23:06

Réponse de l'Agora:


Bonjour,
J'ai lu plusieurs articles sur des regroupements de consommateurs pour pouvoir acheter des produits bio ou naturels, afin de pouvoir bénéficier de prix plus attractifs et ainsi rien ces produits accessibles à plus de monde. L'idée est intéressante, mais comment s'y prendre? sous quelle forme, auprès de quels producteurs quand on n'a pas d'Amap près de chez soi?

  • quelle est la législation?
Merci à vous!

loumali
le 21.01.2018 07:36:48

Réponse de l'Agora:


Outil et méthode de consultation

Il me semblerait intéressant de pouvoir :

.compléter la rubrique constats

.rajouter des problématiques , et les lier avec d'autres problématiques

Une phase essentielle de l'innovation sociale est en effet la définition du problème que l'on souhaite résoudre et des ses causes profondes pour trouver ensuite des solutions radicales dans le sens de s'attaquer à la racine de vrais problèmes. Or la définition des problèmes et l'identification des causes est un dialogue qui peut faire évoluer le problème et donc ensuite les causes... D'où le besoin d'espace et de temps de co-construction pour définir ces problèmes ou ces besoins sociaux mal satisfaits auxquels l'on souhaite ensuite s'attaquer.

Frédéric Gay
le 20.01.2018 12:19:54

Réponse de l'Agora:


Un intitulé: gouvernance et souveraineté alimentaire
Sur les intitulés de projets (groupes de travail) il me semblé important de faire un zoom sur la problématique de la gouvernance. Cette problématique est importante car elle souligne l'implication citoyenne sur la thématique de l'alimentation: la biodiversité alimentaire et agricole (libération de graines et protection de la génétique de variétés de population), la recherche et l'agronomie ( les techniques et les pratiques agricoles), la gestion des resources et du patrimoine (l'eau, le foncier agricole, etc), mais aussi les lois de respect des normes environnementales, et d'autres sujets esentiels.

Fabian Ruiz
le 20.01.2018 11:10:58

Réponse de l'Agora:


Proposition consultation : comment rendre accessible au plus grand nombre une alimentation de qualité.
Barrière 4, je ne mentionnerais pas bio car c'est trop restrictif pour parler d'une alimentation de qualité. Je parlerais également de restauration collective (qui recouvre cantine scolaire, restaurant d'entreprise mais aussi maison de retraite et hôpitaux).
Nous pourrions donc transformer la question : Comment proposer une alimentation de qualité en restauration collective ?

annecé
le 20.01.2018 11:05:25

Réponse de l'Agora:


Habitant d'une commune rurale du nord-est de la Gironde je remarque que beaucoup de terres sont abandonnées ou faiblement valorisées. La création de communs communaux (sous forme d'association, de coopérative, de société mutualiste...) permettrait de créer des productions sur le mode permacole (potagers, vergers comestibles, voire aquaponie...). L'intérêt de ce type de nouveaux communs est d'améliorer la résilience de l'approvisionnement local en nourriture, d'envisager la création de nouveaux emplois d'économie sociale, de développer la coopération au sein de la population locale, en un mot recréer une collectivité liée par une économie collective ayant pour but d'assurer la satisfaction solidaire de certains besoins de base.
Dans une commune boisée et traversée par une rivière, ce principe de nouveaux communs peut s'étendre à une gestion collective de bois assurant une certaine autonomie locale en énergie (bois de chauffage), et en écoconstruction (bois d’œuvre, paille...).

Reste à convaincre les municipalités et les populations!!!

Daniel EL GHAZI
le 16.01.2018 08:14:17

Réponse de l'Agora:


Bonjour,
Pourquoi n'y a t'il pas un atelier sur l'habitat ?
Merci
Cordialement

dominique flahaut
le 7.01.2018 15:11:47

Réponse de l'Agora:


Je suis inscrit, mais je ne sais pas comment participer : en dehors de la rubrique "nous contacter", pas de lien vers une page d'offre, de proposition ou de demande.

Je me sens concerné par le sujet de l'atelier libre, ayant moi-même construit un site de coworking : http://intermedium.fr/ mettant à disposition gratuitement ce que d'autres proposent de façon marchande.

C'est une expérience nouvelle, opérationnelle depuis quelques jours et qui demande beaucoup de mises au point.

Merci de me donner votre sentiment, et de m'indiquer comment participer à vos travaux.
Avec mes meilleurs vœux,

Bernard

Heim Bernard
le 6.01.2018 16:49:03

Réponse de l'Agora: