LES ILOTS

Récit :

Depuis quelques jours, Isma a décidé de rejoindre un îlot nommé « Marga » pour participer au mouvement co-planétaire de l'Archipel qui rassemble désormais plus de 25% de la population mondiale. Isma avait été fasciné de découvrir l’existence des îlots dans les récits publiés par les éditions de l'Archipel qu'il avait découvert lors de son premier séjour dans un refuge de montagne. La plupart des îlots ont émergé à la suite du mouvement des indignés suite à la grande récession de 2008. Ce mouvement avait du faire face à la montée du néo-fascisme dit des Résignés qui cherchaient à imposer un nouveau contrôle de l'information et du territoire. A cette époque, les inégalités étaient criantes et une partie importante de la population était maintenue à l'écart dans des camps fermés ou des quartiers ségrégués. En s'appuyant sur les libertés municipales et les communs, les Indignés avaient réussi à bâtir des îlots un peu partout : dans des quartiers industriels abandonnés, des grands ensemble modernes transformés, des villages de montagne reculés, des forets et dans certaines régions du littoral menacé par la montée des mers. En quelques années, les îlots s'étaient multipliés. Depuis la montée du néo-fascisme et l'effondrement écologique causé par le capitalisme, les îlots ont attiré des millions de personnes qui fuient la répression et l'enfermement dans des camps et sont à la recherche de lieux de subsistance.

Le premier jour, Ismaël avait été accueilli par Ines qui lui a proposé de lui faire découvrir les lieux. Après avoir déposé ses affaires dans son appartement il a parcouru les espaces communs et de bien-être (cuisine, hammam, centre de santé, épicerie, salle de méditation...), des espaces d'activités et d'apprentissages (ateliers, espaces communs, salle multimédia, bibliothèques...) et des espaces agricoles et naturels, situés à quelques kilomètres de l'îlot où vivent de nombreuses espaces animales et végétales. Il semble qu'il fait bon vivre dans les îlots.Mais, Ismaël est un peu angoissé par la vie collective car il souhaite à tout prix garder son autonomie. Ines a toute de suite perçu cette peur. Elle n'insista pas sur la dimension collective et lui proposa de contribuer, le moment venu, au grand patchwork situé dans l'atelier. Les patchworks sont issus d'une tradition propre à chaque îlot. Ils symbolisent l'idée que toute contribution à la vie collective des îlots est volontaire et réalisée avec consentement. Chaque îlot possède son patchwork mais tous sont différents et unique. Sur le patchwork de l'atelier, on peut lire que Marga un mot sanskrit qui signifie une piste d'animal qui a donné les mots français de marge et marginalité. On peut aussi lire ces mots du géographie Jean Malaurie : « un groupe d'homme est le tissu d'un canevas extrêmement subtil. On ne peut nier que sa vitalité, sa force, sa créativité spécifique trouvent leur meilleure inspiration dans ce qui est bien plus qu'un lieu géographique et climatique : l'aura de ce lieu, l'air qu'on y respire... »

Marga a émergé au début de l'année 2019 dans les ruines d'un quartier industriel de Grenoble. Au début, les habitants avaient commencé à s'organiser pour réhabiliter leurs logements et faire face à une crise énergétique. Ils avaient été soutenus par divers réseaux qui militaient pour la justice sociale et contre le changement climatique. Les premiers habitants ont commencé par réfléchir à la manière de mutualiser leurs consommations d'énergie. Ils se sont ensuite organisés pour répondre aux enjeux d'autonomie alimentaire puis à de nombreux autres aspects de la vie quotidienne. Le mode d'organisation des habitants de Marga s'est rapidement étendu à d'autres immeubles du quartiers. Des ouvertures ont été créées entre les immeubles permettant de bâtir de nombreux espaces communs en rez-de-chaussée. Les habitants de Marga ont alors organisé des assemblées dans les espaces publics. Plusieurs coopérative d'habitants ont rejoins Marga jusqu'à regrouper plusieurs centaines d'habitants, formant une véritable île dans la ville. A la suite de cette expérience de nombreuses personnes ont commencé à exprimer leur volonté de rejoindre des îlots. Au lieu de développer Marga, quelqu'un a proposé de créer un nouvel îlot pour éviter les enjeux de pouvoirs et être attentif à la coopération et la démocratie au sein des îlots. Il parait que ce mouvement a profondément renouvelé la démocratie locale jusqu'à avoir une influence sur de nombreuses municipalités mais aussi des domaines aussi divers que l'économie, l'urbanisme, l'urbanisme, la géographie...

Auteur : David Bodinier
Mail de contact : Contacter par mail LES ILOTS