Jardin du Partage


Situé à proximité du 1 rue Edouard Charton Versailles. Prendre la voie fermée à la circulation avant le square des Francine. Entre les deux étangs Gobert, à 80 m du square. GPS : 48.795862, 2.131822

image plan_accs.jpg (24.0kB)
Le "Jardin du Partage" est le 1er jardin partagé des Colibris de Versailles.
Initié début 2015, ce projet a démarré le 13 mai 2016. Une équipe de 15 jardiniers permanents sont engagés à travers une charte et il est possible de les rejoindre ou de venir renforcer les jardiniers en fonction de l'agenda ci-dessus.
Le jardin est ouvert à toute personne qui souhaite juste venir donner un coup de main.

Photos du Jardin du Partage


Foire aux Question des Jardins Partagés
selon la conception des Colibris de Versailles

Notre intention : permettre au plus grand nombre de participer à notre projet et en même temps permettre aux personnes qui s'engagent sur la durée et sur la régularité à bénéficier de leur engagement.

  • Que veut dire « jardin partagé » ? - Dans notre conception, cela signifie que tout le monde peut y venir participer aux activités de jardinage. Aux heures d'ouverture ou quand un jardinier permanent est présent.
  • Qui peut venir au jardin partagé ? - Tout le monde. Amis-es ou famille de passage, enfants.
  • Que signifie « Jardinier occasionnel » ? - C'est une personne qui vient occasionnellement, quand il le souhaite, sans contrainte, sans engagement.
  • Quelle tenue pendre? - Non salissante, bottes (bien fourrées en hiver), gant (si possible).
  • Quand puis-je venir ? - Quand c'est ouvert ou si présence d'un jardinier sur place.
  • Comment est-ce ouvert ? - Voir agenda sur la page du site
  • Combien de temps ? - De 5 mn à 3h. C'est à votre convenance dans les limites de l'ouverture du jardin.
  • Combien de fois ? - A votre convenance. Une fois pour voir ... ou tous les jours si vous êtes jardinier permanent.
  • Comment savoir ce que je vais faire ? - Les tâches sont définies sur place lors de la tournée de démarrage, selon la saison.
  • Comment m'intégrer ? - Au démarrage de l'activité commune hebdomadaire, les jardiniers permanents (et les jardiniers occasionnels) font ensemble le tour du jardin. Nous observons ce qui est. Et les jardiniers permanents décident ce qu'il convient de faire. Ensuite il vous suffit de rejoindre l'activité l'activité de votre choix.
  • Que se passe t'il si j'arrive après la tournée ? - Pas de souci. Vous pouvez intégrer directement une des équipes ou vous aidez une personne qui réalise une tâche. C'est en fonction de ses besoins et de vos souhaits.
  • Qu'est ce que je vais faire en jardinage ? C'est selon les saisons et selon les ateliers choisis par les jardiniers permanents.
  • Quels sont les activités ? - C'est selon les priorités définies par les jardiniers permanents. Exemple : préparation du sol et de la terre, compost, plantation, désherbage, paillage, préparation des semis, clôturage des planches, bricolage, ?
  • Qui peut prendre les légumes récoltés ? - Les jardiniers permanents.
  • Comment devenir jardinier permanent ? - Voir la charte et le Règlement Intérieur de chaque jardin.
  • Puis-je venir avec mes enfants ? - Avec plaisir, sous votre responsabilité.
  • Puis-je venir avec un animal domestique ? - Nous avons une préférence pour le laisser à l'extérieur ou juste à l'entrée du jardin.



Agro-écologie ou permacuture
Du point de vue des techniques de jardinage, il y a très peu de différences entre l'agroécologie et la permaculture. C'est un sujet de spécialistes. C'est très proche.
La culture sur butte, le mélange des plantes ou le paillage existent depuis longtemps en agro-écologie et biodynamie. Et même avant. Ces techniques ont été remises au gout du jour, et c'est une bonne chose, par la permaculture.
Et en même temps la permaculture a une vocation beaucoup plus large. Ce n'est pas une technique d'agriculture. La permaculture vise aussi les relations humaines et l'organisation de tout espace. Là, où l'agro-écologie se destine à faire de l'agriculture en tenant compte de l'éco-système et du vivant.

Agro-écologie
Le sujet fut lancée par Pierre Rabhi en France avant la permaculture. "Soigner la terre nourrir les hommes" est la base de la pratique agro-écologique. C'est aussi une définition de la permaculture données par Patrick Whitefield et reprise par le Bec Hellouin. Perrine Hervè Gruyer, fondatrice du Bec Hellouin, intervenante dans le MOOC Permaculture des colibris, parle de Permaculture ou d'agroécologie en fonction de son public tout en disant la même chose.

Agro-écologie : faire confiance à la nature et apprendre de ses échecs quand la Permaculture propose d'appliquer l'autorégulation et d'accepter les rétroactions.

Proposition en agro-écologie : il est parfois très apprenant de se lancer sans crainte. Quand la permaculture dit "- Faire le plus petit effort pour le plus grand changement"

La permaculture est un terme, devenu à la mode, pour de nombreuses personnes. Il a eu l'avantage d'avoir su communiquer sur le sujet et d'attirer le regard d'un public large vers une gestion de l'espace et vers des modes d'agriculture et de jardinage respectueux du vivant et de la nature.
Les principes de la permaculture
  • Prévoir l'efficacité énergétique de votre design
  • Travailler avec la nature plutôt que contre elle
  • Faire le plus petit effort pour le plus grand changement
  • Ne pas produire de déchets
  • Intégrer plutôt que séparer
  • Chaque élément a plusieurs fonctions
  • Chaque fonction est remplie par plusieurs éléments
  • Emplacement relatif
  • Appliquer l'autorégulation et accepter les rétroactions
  • S'adapter au changement avec créativité
La permaculture propose des temps d'observations et de réflexions avant de commencer à agir.


Accès direct à cette page "Initier un jardin"

Ci-dessous, quelques conseils tirés de notre expérience pour se lancer dans la création d'un jardin partagé à coté de chez vous. Ce sont des propositions tirées de nos expériences et non des vérités. Vous pouvez faire certaines de ces étapes en parallèle. Nous vous invitons à écrire et rédiger chacune de ces étapes pour faciliter l'arrivée de nouveaux arrivants et pour les partager avec le plus grand nombre dont vos soutiens durant la mise en oeuvre du projet.

  • Etape 1 - Définir votre intention, la raison d'être de ce projet ? Pourquoi vous voulez faire un jardin potager partagé ? Les raisons peuvent être multiples et en même temps il n'y a pas plus de une à deux raisons qui dominent. A vous de trouver votre motivation fondamentale.
    • Nous avons déjà rencontré les raisons d'être suivantes : pour me nourrir, pour apprendre, pour faire pousser des légumes (pas forcément équivalent au fait de se nourrir), pour créer du lien avec d'autres personnes, pour l'esthétique, pour l'agrément et le loisir, pour créer du lien social avec des personnes exclues, pour faire de la pédagogie vers les adultes ou vers les enfants, y faire des rencontres amicales ...
    • Définir mon intention, c'est fixer la direction, le but ou au moins le chemin que vous voulez prendre.
    • Cette définition aidera les autres participants, vos soutiens à se positionner et à vous aider s'ils rejoignent votre projet. Voir des exemples avec la charte du Jardin de l'Horloger ou le Jardin du Partage
    • Notre expérience est que si dans la raison d'être il est proposé trop d'objectifs au départ d'un projet, les participants vont certes y adhérer plus facilement et en même temps la mise en oeuvre sera plus complexe car chacun voudra mettre en oeuvre et mette en avant SA motivation d'où des risques de conflits sur les stratégies. C'est pourquoi nous conseillons de proposer un seul objectif principal et une fois que le projet a démarré vous aurez toujours le loisir de proposer d'autres intentions et activités.

  • Etape 2 - Identifier d'autres jardiniers potentiels ? Cela donne plus de poids à votre projet. De commencer à identifier de futurs jardiniers. Vous permettra d'identifier des compétences. Compétences en jardinage, bricolage, communication, relation avec institutions, informatique, liens avec d'autres associations pour de l'entraide ... Vous pouvez recruter ces jardiniers via le réseau des Colibris, via les associations liées à l'environnement, via la presse locale, voisins, amis, ...
    • Regrouper d'autres participants vous permettra de tester votre capacité à présenter votre projet, à répartir les taches, à apprendre à travailler en collectif.
    • Nous vous invitons pour cette phase à consulter et même idéalement à participer notre groupe sur la Gouvernance Partagée.
    • Au démarrage 3 ou 4 personnes actives et bien motivées sont suffisantes à cette étape même si à terme le jardin partagé vise 20 ou 30 personnes. 3 ou 4 personnes c'est suffisant pour avoir une crédibilité vis à vis de vos interlocuteurs. Le projet est passé du stade "projet individuel" au stade "projet collectif". Et c'est le plus important ;-)

  • Etape 3 : Qui va porter le projet? Qui va signer ? Il faut se préparer à accepter de porter cette responsabilité si une opportunité soudaine et rapide se présente. Une hésitation même temporaire peut inquiéter. Pour la personne ou l'institution éventuellement prête à confier un espace via une convention il y a toujours UNE personne signataire. Parfois deux au plus qui portent le projet. Mais pour l'institution un seul signataire est préférable.
    • C'est vrai pour un jardin comme pour tout autre projet. Même s'il peut y avoir une impulsion de la part d'un plus grand nombre. Et même si ce peut être plusieurs personnes motivés au départ qui vont prendre des engagements sur des actions.
    • Pour la personne privé ou public qui va confier le terrain de jardinage il y aura un interlocuteur principal avec l'atout de se dire qu'il y a aussi une équipe motivée derrière cet interlocuteur principal. Même si ensuite en interne la gouvernance est collégiale ou partagée. Il est préférable de s'y préparer. En avoir conscience. Et que ce soit dit et échangé avec le groupe des jardiniers.

  • Etape 4 : Quel association ? vis à vis de l'extérieur il est utile qu'une association porte le projet. Vous pouvez la créer ... ou demander à une association existante locale et reconnue de vous aider. Si vous demandez à une autre association de porter la responsabilité, elle va devenir signataire vis à vis de l'institution. Nous aurions plaisir à vous aider dans cette étape si cela fait sens pour vous.
    • Nous vous invitons à bien être parfaitement au clair avec cette association sur ses intentions et sur la raison d'être du projet. D'être parfaitement en phase, grâce à de nombreux échanges et écrits, avec la conception et le degré de liberté que cette association porteuse du projet acceptera de vous laisser.
    • Nous vous invitons à vous rapprocher d'associations locales ayant parfois plus d'habitudes sur la gouvernance partagée comme par exemple les Colibris, les Villes en transition ou Alternatiba. Un choix fait dans l'urgence au départ peut se révéler douloureux assez rapidement si l'association porteuse souhaite reprendre la main sur le jardin avec sa propre vision ou ses intentions ... non partagée. Nous vous déconseillons les associations "oldschool" ayant spécifiquement un projet horticole ou environnemental car leur mode de gouvernance est souvent peu en lien avec l'intention d'un jardin partagé. Et en même temps il y a forcément des exceptions ;-)

  • Etape 5 : Cahier des charges ? Vous pouvez poser des souhaits, voir des exigences (révisables) sur ce que vous recherchez. Expression du besoin: proximité route, bruit, eau, environnement, surface minimum, terre, ... Ce peut être très variable selon le niveau d'urbanisation.
    • Nous vous invitons néanmoins à ne pas être trop exigeant afin d'avoir plus d'opportunité, de commencer de suite même si le terrain n'est pas l'idéal ce qui vous fera une expérience et une légitimité pour lancer ensuite d'autres projets ailleurs avec plus d'opportunités. Et inspirer certainement aussi d'autres porteurs de projets.

  • Etape 6 : Visites ? Prévoir d'aller voir d'autres jardins partagés. C'est un moyen très efficace et très simple pour apprendre. C'est toujours très riche. Très concret. Permet de souder l'équipe. Toute visite sera la bienvenue même celle d'un jardin particulier. Vous pouvez aussi organiser une conférence ou la projection d'un film en lien avec le sujet. Une grainothèque ? Un apéro-graine ? Un "stage" de permaculture ?

  • Etape 7 : Communication ? Il est pratique de réaliser une "plaquette" pour résumer en un format A4 le projet. Ou une page FB. Ou un site. Vous pouvez créer une page sur ce site pour commencer à communiquer sur votre jardin. Nous pouvons vous y aider.

  • Etape 8 : Rdv avec institutions ? Quand vous commencez à être un peu au clair sur vos intentions, équipe, souhait, cahier des charges ... vous pouvez commencer à prendre des rdv auprès des institutions. Nous vous proposons de contacter ces institutions (mairie, communauté d'agglomération, association, institutions religieuses, ...) non pas pour demander un terrain mais pour leur demander des conseils sur les personnes à contacter pour avoir des idées et des conseils pour identifier un terrain potentiel ? Selon notre expérience et selon la disponibilité du porteur de projet il est possible d'obtenir un terrain entre 3 mois (il arrive même parfois que le terrain arrive tout seul comme un cadeau) à 18 mois.
Selon notre expérience, le terrain est ce qu'il y a de plus facile à obtenir. Nous savons qu'en disant cela nous risquons de vous surprendre. Toutes les étapes en amont sont en fait les plus difficiles, à savoir se changer soi-même et mettre de la clarté à plusieurs sur ce que nous voulons vivre à travers ce projet collectif.

A votre disposition si vous avez des demandes


Charte du Jardin du Partage

Le Jardin du Partage est un jardin potager collectif, créé à l'initiative de membres de l'association des Colibris de Versailles, souhaitant mener ensemble un projet qui réponde à la volonté de chacun d'être en lien avec la nature, les autres et soi-même. Le but est de faire fonctionner le jardin partagé des Colibris de Versailles de manière naturelle, agro-écologique et permaculturelle.

L'esprit du jardin
Le Jardin du Partage est un lieu où jardiniers de tous niveaux cultiveront, dans un esprit d'échange et de convivialité, toute plante utile à la production potagère : légumes, fruits, plantes aromatiques, médicinales, mellifères...
La raison d'être première du jardin est de se nourrir.
L'implication dans le jardin peut passer par des activités connexes telles que : bricolage, logistique, organisation, animation, gestion...
De manière générale, les activités du jardin seront respectueuses de l'environnement et économes en ressources pour rester en cohérence avec l'esprit des Colibris : tendre vers la « sobriété heureuse ».
Le jardin est collectif et se fonde donc sur des valeurs de partage des expériences et de bienveillance.
Les productions ne donneront lieu à aucun commerce et seront utilisées ou distribuées selon les modalités définies dans le Règlement Intérieur.
Le jardin est ouvert à tous, avec aussi une vocation pédagogique. Il est aussi un lieu de vie du quartier qui profite au plus grand nombre : habitants, jardiniers, voisins, passants... Chacun y trouvera un accueil bienveillant et pourra être informé des activités du jardin.

Le fonctionnement
Le Jardin du Partage est sous la responsabilité des Colibris de Versailles, selon les termes de la convention signée avec la Mairie de Versailles. A ce titre, l'association veillera au bon fonctionnement des activités du jardin, notamment en en établissant le règlement intérieur et en le faisant respecter.
Les Colibris de Versailles pourront accueillir au sein des activités du jardin d'autres participants, permanents ou occasionnels, souhaitant prendre part au projet. Ceux-ci devront alors s'engager à adhérer aux valeurs de la présente charte et à respecter le règlement intérieur du jardin.

L'engagement au jardin
Prendre part au Jardin du Partage implique de la part de chacun divers engagements, auprès des autres participants et vis-à-vis de la nature. Chaque participant viendra dans un esprit de respect de l'autre, d'échange et, autant que possible, d'initiative afin de contribuer à un véritable projet collectif.
Pour les jardiniers, il s'agira avant tout de cultiver dans le respect du vivant, notamment en favorisant des plantations dites « bio » et en excluant l'usage de produits phytosanitaires, selon le principe du « zéro-phyto » mis en oeuvre par la Ville.

De même, seront pratiqués :
  • l'expérimentation de techniques s'inspirant de l'agro-écologie ou de la permaculture (paillage, engrais naturels, engrais verts, associations des cultures...) ;
  • la valorisation des déchets organiques par l'utilisation d'une zone de compostage ;
  • la récupération des eaux de pluie et la réduction de la consommation en eau ;
  • l'échange et la diffusion de semences bio.
Chaque jardinier adhère à cette charte en signant ci-dessous :

Règlement intérieur

Préambule
Le Jardin du Partage des Colibris de Versailles (ci-après nommé « le Jardin ») est sous la responsabilité de l'association des Colibris de Versailles.
Le jardin est exploité par les membres de l'association des Colibris de Versailles. Le Règlement Intérieur (nommé "RI") fait suite à la "Charte du Jardin du Partage" qui fait elle-même suite à la convention passée entre l'association des "Colibris de Versailles" avec le propriétaire du terrain. Le RI établit les règles de fonctionnement du jardin. Il est disponible sur le site des Colibris de Versailles et en version imprimée sur le terrain, avec la Charte.

Pour qui ? Le Jardin du Partage accueille trois catégories de personnes :
  • le jardinier permanent : s'engage à jardiner en moyenne 2 h par semaine durant la saison "haute" (au moins 6 mois), s'engage à participer à la gouvernance en utilisant la "décision par consentement" (sociocratie), participe à l'animation extérieure du jardin et à l'accueil du public, s'engage à être en lien avec les jardiniers occasionnels, finance le projet. Les jardiniers permanents se répartissent les récoltes avec les autres jardiniers permanents présents le samedi.
  • le jardinier occasionnel : participe au jardinage en fonction de ses envies. Son email est enregistré dans l'annuaire des jardiniers. Il suffit de faire la demande pour devenir "jardinier occasionnel". Il est invité aux événements sur le jardin.
  • le visiteur ponctuel : est invité à participer au jardinage à sa convenance

Comment devenir jardinier permanent ?
Le nombre de jardiniers permanents est fixé à un maximum de 15 personnes. Toute personne voulant devenir jardinier permanent doit en faire la demande par courriel en précisant sa motivation et ses aspirations auprès des Colibris de Versailles selon le processus d'inclusion du Jardin du Partage . Il est jardinier occasionnel le temps qu'une place de jardinier permanent se libère. Les demandes seront traitées chronologiquement en fonction du nombre de places disponibles. A partir du jour de la demande explicite à devenir jardinier permanent, et si une place est disponible, le futur jardinier permanent est invité à jardiner et à assister aux réunions afin de s'habituer à notre fonctionnement et au processus de décision. Il est donc jardinier occasionnel en transition durant cette période.
L'engagement sera effectif à partir :
  • de l'accord aux principes et à l'esprit de l'Association des Colibris de Versailles disponibles sur le site
  • de l'accord à la Charte et au RI
  • après le processus d'inclusion du Jardin du Partage
  • du paiement de la « cotisation » (participation fixée annuellement de quelques euros) aux Colibris de Versailles, porteuse du projet
  • du paiement des frais de jardinage annuel, paiement en une fois (pour les plants, graines, matériel, outillage, etc...)

Ce montant est réexaminé chaque année, lors d'une réunion des jardiniers permanents selon les dépenses engagées ou prévues.
Le montant de la 1ère année a été fixé à 70eur (2016), 40eur en 2017, 30eur en 2018.
Le paiement de la cotisation et des frais se font au 1er janvier de chaque année ou au moment de l'arrivée du nouveau jardinier permanent quelque soit la date d'arrivée. Ils ne sont pas remboursables.

Engagements
Le Jardin est un espace respectueux de l'environnement, des autres et de soi-même. Chaque visiteur, jardinier occasionnel ou jardinier permanent s'engage à respecter l'environnement selon ces critères :

  • ne pas employer de produits phytosanitaires et d?engrais chimiques, en dehors de ceux employés en agriculture biologique
  • gérer l'eau dans l'esprit «durable» : réservée à l'arrosage des végétaux, elle devra être utilisée de manière raisonnable/responsable en évitant au maximum l'eau potable
  • pratiquer le tri des déchets dans le jardin
  • développer le compostage des déchets biodégradables
  • n'exercer aucune activité susceptible de polluer le sol

Et par ailleurs
  • accompagner les enfants mineurs placés sous leur responsabilité
  • attacher les animaux domestiques à l'extérieur du jardin
  • ne pas consommer d'alcool dans le jardin
  • ne faire aucun départ de feu au sol
Chaque jardinier permanent s'engage, en plus :
  • participer au moins une fois par mois aux tâches hors jardinage (matériel, aménagement ...)
  • participer à au moins 50% des réunions d'organisation pour le choix des plantations, pour la gestion de l'espace et des ressources, pour les projets.
  • à veiller à la fermeture du jardin et au rangement des outils après son passage, ou directement : à nettoyer et ranger les outils et fermer le jardin à clé après son passage
  • participer aux discussions et sollicitations pour indiquer ses disponibilités,
  • être couvert par sa propre assurance «responsabilité civile»,
  • laisser trace de son passage sur le carnet de liaison pour informer les autres jardiniers de ce qui à a été fait (ex: arrosage, plantations, désherbage...),
  • identifier les plantations réalisées, par des étiquettes et sur le plan disponible dans le cabanon,
  • prévenir de ses absences en le mentionnant sur le calendrier laissé dans le cabanon.
  • participer à l'accueil du public et des visiteurs qui se présentent au jardin
Fonctionnement / exploitation
La récolte est distribuée collectivement le samedi par répartition entre les jardiniers permanents présents. Elle pourra aussi être une occasion de repas pris en commun. Un jardinier absent le jour de récolte pourra s'organiser pour demander à un autre jardinier de lui conserver sa part.

L'exploitation du jardin ne peut donner lieu à aucun commerce de la production obtenue.
L'implication et la participation peut aussi prendre diverses formes, comme par exemple : la récupération de plants, graines, matériel, matériaux, la rédaction de de documents (tableau des cultures, plannings d'arrosage...) la peinture , gestion de la liste d'outils.

L'abri pour les outils est destiné uniquement à la remise des outils en commun. Les effets personnels ne doivent pas y être stockés. Chacun est libre de passer au Jardin à d'autres moments, à sa convenance, en ayant si possible mis à jour l'agenda afin de permettre aux jardiniers occasionnels ou visiteurs de le rejoindre. La présence au jardin est autorisée du lever au coucher du soleil, sauf en cas de manifestation particulière décidée par les jardiniers..

Les Jardiniers se retrouvent principalement chaque samedi de 10 à 12 heures pour jardiner

Les réunions des jardiniers permanents sont à la suite du jardinage. Elles servent à diffuser l'information, à consulter (remonter l'information), à se concerter (travailler sur des solutions) et enfin à prendre des décisions.
Les sujets à discuter auront été écrit sur un document partagé (le Pad) au moins 24h avant . L'animateur est désigné en avance pour lui permettre de préparer les sujets et le déroulé de la réunion.
Commencer par les sujets les plus importants pour que chacun se sente en confort de démarrer la réunion en sachant l'heure de fin.
Quorum pour la prise de décision : les décisions seront valides à partir du moment ou au moins 51% des jardiniers permanents seront présents.

Clé
Les jardiniers permanents, de par leur engagement, peuvent demander une clé d'accès au jardin. Elle est gratuite. Elle ne peut être reproduite ni prêtée. La liste des personnes possédant une clef est partagée avec le propriétaire du terrain.
Suite à une période d'inactivité prolongée et sur décision de gouvernance, la clé devra être restituée.
Le jardinier permanent qui ouvre le jardin avec sa clef s'engage à le fermer ou à s'assurer qu'il sera fermé par un autre jardinier permanent.

Exclusion
Une solution amiable et dans la discussion sera toujours privilégiée.
Un jardinier permanent ou occasionnel peut être exclu en cas d'infraction aux règles statutaires, à la charte ou au règlement intérieur.
L'intéressé doit être averti préalablement par écrit des faits et des conséquences possibles. Il sera invité à présenter ses observations par oral ou par écrit à sa convenance au cours d'une des réunions des jardiniers à une date fixée à l'avance.
L'exclusion est prononcée à la majorité des 2/3 des votes des jardiniers permanents.

Décembre 2016

Bonnes pratiques

Si une personne en liste d'attente est bien motivée pour participer au jardin, il conviendra en conscience, à chaque jardinier permanent de s'interroger, sur le sens pour lui à rester jardinier permanent si sa présence est faible.

Dons de légumes aux jardiniers occasionnels.
Même si un jardinier occasionnel vient plusieurs semaines et s'investit avec enthousiasme, et même si je comprends l'élan à les gratifier de quelques légumes, le besoin de justice de certains jardiniers serait satisfait si ce don de légume venait de la part de celui qui a ce souhait en prenant sur sa part. Et non pas de faire ce don au nom de tous les jardiniers.

Règles
Il est possible de comprendre le souhait de certains jardiniers de faire des pratiques / un règlement ou une intention différente. Il y a beaucoup de façon différentes d'envisager un jardin partagé.
Et il n'est pas question d'avoir raison ou tort. Il n'y a pas une BONNE et une MAUVAISE façon de faire.
Par contre un jardin partagé suppose UN PROJET COLLECTIF. Faire un projet collectif (= à plusieurs) suppose d'être d'accord, tous.
Et c'est bien pour cela qu'il y a des règles. Il est possible de changer les règles.
Et il est exact que prendre des décisions à plusieurs peut être laborieux et prendre du temps.
Et en même temps c'est aussi un enjeu d'un jardin partagé que d'apprendre à décider à plusieurs.

S'ouvrir au champ des possibles
En 2015 il n'y avait pas de jardin partagé à Versailles.
Et depuis Il y a eu plus de 5 jardins partagés sur Versailles.
Il se trouve que pour différentes raisons ces 5 jardins sont animés par l'association des Colibris de Versailles.
Et en même temps les Colibris de Versailles auraient vraiment de l'élan et de la joie si des personnes ici ou ailleurs avaient le souhait de monter un projet à leur convenance.
Et même, pourquoi pas, au nom d'une autre association. Ce serait même assez chouette que d'imaginer cela ! ;)
Nous connaissons plusieurs lieux potentiels.
Et il est parfaitement possible de lancer d'autres projets avec d'autres pratiques / règles ou mode de fonctionnement.
Pour ouvrir le champ des possibles et ne pas rester enfermer sur un seul modèle. Il peut y avoir d'autres façons de faire.


Le projet avant

Un jardin partagé à Versailles ? l'idée au départ semblait un peu folle ...
Objectif : cultiver un potager à plusieurs sur une surface d'au moins 200m2 à Versailles. Partager les taches entre 8 à 15 personnes = 2h/semaine de Avril à Octobre.

Encadrement technique par Philippe Douillard qui a suivi une formation au Potager du Roi, qui a par la suite été l'assistant bénévole du formateur pendant 2 ans. Il donne également en qualité de bénévole depuis 2 ans des cours d'initiation au jardinage biologique dans l'association La Quintinie dont il est membre depuis 2010. Association de 86 jardins familiaux sur le site des Mortemets et de la Pierre Plate Haute.
Méthodes naturelles : permaculture, bio- intensive, biodynamie.
Budget : outils, graines, environ 400 ? (ci-dessous)

Haut de page