image colibris.jpg (10.6kB)

Les Colibris, ce sont tous ces individus qui inventent, expérimentent et coopèrent concrètement, pour bâtir des modèles de vie en commun, respectueux de la nature et de l’être humain.




Créé en 2007 sous l’impulsion de Pierre Rabhi, Colibris se mobilise pour la construction d’une société écologique et humaine. L’association place le changement personnel au cœur de sa raison d’être, convaincue que la transformation de la société est totalement subordonnée au changement humain. Colibris s’est donné pour mission d’inspirer, relier et soutenir les citoyens engagés dans une démarche de transition individuelle et collective.

INSPIRER


Colibris dessine la société de demain et explore les dernières initiatives écologiques et citoyennes qui participent à construire la société de demain en proposant :

**Des campagnes de mobilisations citoyennes :** Le Projet Oasis, La (R)évolution des colibris, Tous candidats en 2012 : redonner du pouvoir aux citoyens, Transformons nos territoires : se réunir et agir sur nos territoires.

**Une collection de livres "Domaine du Possible" :** une série d’ouvrages, co-éditée avec Actes Sud, pour créer le lien entre le constat critique issu de l’investigation scientifique et la proposition de solutions pratiques et originales.

**"Kaizen", un magazine bimestriel** des initiatives citoyennes qui changent le monde pas à pas

**Des documentaires :** Solutions Locales pour un Désordre Global, de Coline Serreau, Au Nom de la Terre, de M-D Dhelsing, En Quête de Sens, de Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière, Demain, de Cyril Dion et Mélanie Laurent.

RELIER


Pour relayer le mouvement au plus proche des citoyens et des territoires, l'association Colibris s'appuie sur un réseau de Groupes Locaux.

**133 groupes bénévoles** relaient les initiatives du mouvement partout en France et désormais en Belgique et en Suisse. Ils font leur part en inspirant, reliant et soutenant les initiatives qui émergent sur leurs territoires comme, par exemple, une école à pédagogie coopérative, "La Marelle" en Dordogne ; une monnaie locale, "Le Stück", à Strasbourg ; une grainothèque à Aubagne ; des potagers urbains à La Ciotat.

Ces groupes sont des **facilitateurs de transition**, composés de citoyens qui s’engagent à :

  • donner à voir les possibles pour Demain,

  • ouvrir des espaces de rencontre et de partage qui renforcent les liens de la communauté colibris,

  • encourager les porteurs de projet en leur soufflant outils et postures qui permettent d’avancer d’un pas sûr dans la réalisation de leurs rêves.

  • **La Carte "Près de chez nous" :** pour trouver où manger bio, local et de saison, comment construire une maison plus écologique, trouver ou créer une AMAP…


    **Cotisants et Partenaires :** relier les colibris, c’est aussi animer et prendre soin de la communauté des cotisants et des partenariats qui se tissent spontanément avec les structures engagées dans des démarches proches des valeurs de l’association.




    SOUTENIR


    Le Projet Oasis

    Le mouvement Colibris soutient la création de lieux de vie et de ressources au sein d’un immeuble, une rue, un quartier, un village… partout où cela sera possible ! Le mouvement appelle tous les citoyens et les élus à "faire ensemble" et à se mobiliser pour l’émergence de nouvelles oasis d’entraide et de solidarité et accompagne les porteurs de projet dans la construction de leurs oasis. Plus de 100 lieux de ce type existent déjà en France. Le projet vise la création de 100 oasis supplémentaires d’ici dix ans.


    L’Université des Colibris

    Le mouvement Colibris a lancé son université en ligne et propose des formations en ligne gratuites pour faciliter la transition individuelle et la construction de projets écologiques. La première formation MOOC "Concevoir une Oasis" s'est déroulée début 2016. Cette formation a permis aux futurs porteurs d’initiatives d’être soutenu dans l’organisation du modèle juridique et financier de leur projet, la gouvernance, le plan, le contenu écologique. Une deuxième session de ce MOOC a lieu de janvier à avril 2017. Un second MOOC, "Comment améliorer l'éducation autour de moi", s'est tenu de septembre à novembre 2016. Un troisième, "Gouvernance partagé", s'est déroulé au printemps 2017.
    MOOC : cours en ligne gratuit ouvert à tous, comportant des vidéos pédagogiques de qualité, des exercices, une plateforme d’échanges entre participants…


    La Fabrique des Colibris

    La Fabrique est une plateforme d’entraide citoyenne où chacun peut offrir son temps, son talent, du matériel, ou un peu d’argent au service de projets inspirants. En quelques clics, vous découvrirez comment vous impliquer et soutenir des projets qui participent à l’émergence d’une société plus écologique et solidaire !



    Colibris tire son nom d’une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi, son fondateur :

    Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit :

    "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! "
    Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part."


    Cette nouvelle version de l’Éthique du Colibri résulte d’un démarche collective, et fait suite à une consultation menée auprès de tous les membres du CO en mai 2018.

    Ensemble, nous dessinons une société où la nature et l'humain, interdépendants et créatifs, sont au cœur de chacune de nos décisions.
    Ensemble, nous bâtissons, apprenons, partageons, inventons, célébrons une autre façon de vivre, incarnant la transition sociétale.
    Être un colibri aujourd'hui c'est choisir d'être dans le respect du vivant, en toute conscience et en toute liberté.
    Être un colibri c'est agir en conséquence, confiants que nous construisons un nouveau vivre-ensemble.

    1. Il est indispensable de changer de paradigme de société


    Notre modèle de société actuel conduit l’humanité vers l’abîme.
    Il est urgent de changer les paradigmes qui le sous-tendent afin de le réinventer :
    Prendre conscience de la finitude de notre planète et accepter l'impossibilité physique d'une croissance infinie,
    Aspirer à l’épanouissement individuel plutôt que subir un matérialisme forcené,
    Privilégier l'enrichissement mutuel du féminin et du masculin à la prédominance des valeurs masculines,
    Préférer la coopération et l'entraide aux rapports de domination et d'obéissance.

    Autant de voies dans lesquelles chaque colibri s'engage dans le respect du bien commun, de la nature et des êtres humains.

    2. La société c’est moi et je suis la société. C’est mon changement qui détermine le changement du monde.


    Le changement intérieur est un préalable au changement sociétal auquel nous aspirons : la violence de notre société est d'abord le reflet de notre propre violence intérieure.
    La vraie (R)évolution est celle qui nous amène à nous transformer individuellement pour transformer le monde et ainsi incarner au quotidien une relation harmonieuse à soi, aux autres et à la nature.

    3. Nous sommes toutes et tous liés et interdépendants


    Nous sommes partie intégrante d’un écosystème vivant. Nous ne sommes séparés de rien. Détruire la nature ou nuire à des êtres humains, même à l’autre bout de la planète, revient à nous détruire nous-mêmes.
    De la même façon, les enjeux écologiques, sociaux, politiques sont étroitement liés et devraient être appréhendés comme un tout.
    Pour notre bien et celui des générations futures, notre vision et nos actions se doivent d'être globales et concerner ainsi tous les plans de l’être et de la société.

    4. Le respect de la diversité est l'un des fondements de notre liberté


    Nous sommes toutes et tous liés par un destin commun. Pour autant, chaque personne, chaque culture, chaque territoire doit pouvoir s’exprimer et s’épanouir dans sa diversité. L’autonomie qui en découle est l’une des conditions essentielles permettant à tout être humain, collectif ou territoire de faire ses choix par et pour lui-même. Ainsi chacun préserve sa souveraineté, son intégrité et sa liberté.

    5. L’éducation est déterminante de notre rapport à nous-mêmes, aux autres et à la nature


    Bien des modèles éducatifs se basent sur l’éducation à l'obéissance, la violence éducative ordinaire, la différence de valeur accordée à un enfant par rapport à un adulte, à une femme par rapport à un homme, et sur un système d’instruction destiné à conformer chaque enfant à un système de performance, de compétition et de domination. C'est là une des sources majeures des difficultés de nos sociétés.
    L’enfance est le moment où se forment les perceptions du monde, où se construisent la relation aux autres et à la société, la confiance, l’estime de soi et la capacité d’empathie.
    L’éducation a pour vocation d’accompagner les enfants à devenir des êtres libres, épanouis et responsables, de les inciter à participer à la nécessaire mutation de la société et à y trouver leur juste place, fidèle à leurs aspirations et à leurs talents ; à respecter la terre qui leur donne la vie ; à connaître la nature dont ils sont issus ; à coopérer avec leurs semblables.
    Elle n’est pas l’apanage de l’école, ni des systèmes éducatifs, mais la responsabilité de l’ensemble de la société.

    6. L’avenir est dans le génie de la simplicité, le pouvoir de la créativité et l’élégance de la sobriété


    Les contraintes d’un monde limité en ressources naturelles et le devoir d’équité envers les autres êtres humains, nous contraignent aujourd'hui à une plus grande efficience tout en nous offrant deux opportunités extraordinaires : exercer notre créativité dans un champ nouveau consistant à trouver la façon la plus saine et la plus simple de résoudre nos problèmes, de subvenir à nos besoins, de faire fonctionner nos sociétés.
    nous épanouir dans un nouvel art de vivre où le bonheur d’être supplante la capacité d’avoir : « la sobriété heureuse ».

    7. La juste mesure est source de vertu et d'harmonie


    Dans la nature, un organisme ne croît pas indéfiniment. Il s'adapte aux contraintes extérieures pour atteindre sa taille idéale : ni trop grand, ni trop petit, capable de subvenir à ses besoins et d’assurer sa pérennité. Chercher en toute structure une taille optimale est non seulement un gage d’efficacité mais également d’altruisme et de sagesse. Cela favorise une gouvernance harmonieuse et responsable, des relations humaines authentiques, de la souplesse dans l’action et une empreinte écologique minimale.

    8. La coopération est une condition incontournable du changement


    La complexité extrême de nos sociétés et l’enchevêtrement de nos destins nous obligent, plus que jamais, à nous réunir et à coopérer pour résoudre les crises que nous traversons. Aucun être humain, aucune classe sociale, aucune culture, aucun peuple ne peut prétendre connaître, seul, les solutions, ni se désolidariser de ces enjeux planétaires.
    À l'endroit de la coopération, l'exemplarité de la nature est déjà source d'inspiration. L’intelligence collective, mêlée d’altruisme, d’humilité, de générosité, pourrait faire de nos diversités et de nos différences une formidable force créative et transformatrice. Nous avons besoin les uns des autres pour changer.

    9. L’échelle locale est un lieu d’action nécessaire pour amorcer la transformation


    La capacité d'agir des êtres humains se situe dans des territoires de vie que sont les villes, les villages, les quartiers, les hameaux... C'est parce que les effets de la transition citoyenne y sont directement visibles, que ce sont les lieux privilégiés d’une véritable transformation sociétale, fondée sur l’initiative, l'autonomie et la coopération.

    10. La joie est notre bien suprême


    Notre société de consommation cultive notre insatisfaction et nous promet le plaisir sans nous procurer de joie pérenne.
    L’argent s’est immiscé au cœur de notre vie et au centre de nos préoccupations. Il nous entraîne bien souvent dans une spirale productiviste qui nous éloigne de nos aspirations profondes.
    Le temps est venu de nous réaliser au quotidien dans des actions porteuses de sens, nourrissant notre faculté d'émerveillement et accompagnant notre recherche d'une joie profonde.
    Il nous revient de mener à bien cette transformation intérieure qui, seule, peut nous conduire à aimer et prendre soin du monde.

    <div><a href="https://www.colibris-lemouvement.org/sites/default/files/content/ethiqueducolibri.pdf" target="_blank" class="btn btn-danger btn-sm" role="button" icon="eye-open" title="PDF L'Ethique du Colibris">PDF L'Ethique du Colibris</a></div>


    Basé sur la fédération de toutes les consciences qui partagent les mêmes valeurs, l'association Colibris est libre de toute référence idéologique, politique ou confessionnelle, ainsi que de toute autorité spirituelle ou laïque.

    La planète Terre est à ce jour la seule oasis de vie que nous connaissons au sein d’un immense désert sidéral.

    En prendre soin, respecter son intégrité physique et biologique, tirer parti de ses ressources avec modération, y instaurer la paix et la solidarité entre les humains, dans le respect de toute forme de vie, est le projet le plus réaliste, le plus magnifique qui soit.

    Télécharger la Charte

    CONSTATS


    Le désastre de l'agriculture chimique


    L’industrialisation de l’agriculture, avec l’usage massif d’engrais chimiques, de pesticides et de semences hybrides et la mécanisation excessive, a porté gravement atteinte à la terre nourricière et à la culture paysanne. Ne pouvant produire sans détruire, l’humanité s’expose à des famines sans précédent.

    Déconnexion entre l'humain et la nature


    Majoritairement urbaine, la modernité a édifié une civilisation « hors-sol », déconnectée des réalités et des cadences naturelles, ce qui ne fait qu’aggraver la condition humaine et les dommages infligés à la terre.

    Le mythe de la croissance illimitée


    Le modèle industriel et productiviste sur lequel est fondé le monde moderne prétend appliquer l’idéologie du « toujours plus » et la quête du profit illimité sur une planète limitée. L’accès aux ressources se fait par le pillage, la compétitivité et la guerre économique entre les individus. Dépendant de la combustion énergétique et du pétrole dont les réserves s’épuisent, ce modèle n’est pas généralisable.

    Humanitaire à défaut d'humanisme


    Alors que les ressources naturelles sont aujourd’hui suffisantes pour satisfaire les besoins élémentaires de tous, pénuries et pauvreté ne cessent de s’aggraver. Faute d’avoir organisé le monde avec humanisme, sur l’équité, le partage et la solidarité, nous avons recours au palliatif de l’humanitaire. La logique du pyromane-pompier est devenue la norme.

    Les pleins pouvoirs donnés à l'argent


    Mesure exclusive de prospérité des nations classées selon leur PIB et PNB, l’argent a pris les pleins pouvoirs sur le destin collectif. Ainsi, tout ce qui n’a pas de parité monétaire n’a pas de valeur et chaque individu est oblitéré socialement s’il n’a pas de revenu. Mais si l’argent peut répondre à tous les désirs, il demeure incapable d’offrir la joie, le bonheur d’exister...

    PROPOSITIONS


    Incarner l'utopie


    L’utopie n’est pas la chimère mais le « non lieu » de tous les possibles. Face aux limites et aux impasses de notre modèle d’existence, elle est une pulsion de vie, capable de rendre possible ce que nous considérons comme impossible. C’est dans les utopies d’aujourd’hui que sont les solutions de demain. La première utopie est à incarner en nous-mêmes car la mutation sociale ne se fera pas sans le changement des humains.

    La terre et l'humanisme indissociables


    Nous reconnaissons en la terre, bien commun de l’humanité, l’unique garante de notre vie et de notre survie. Nous nous engageons en conscience, sous l’inspiration d’un humanisme actif, à contribuer au respect de toute forme de vie et au bien-être et à l’accomplissement de tous les êtres humains. Enfin, nous considérons la beauté, la sobriété, l’équité, la gratitude, la compassion, la solidarité comme des valeurs indispensables à la construction d’un monde viable et vivable pour tous.

    Sobriété heureuse


    Face au « toujours plus » qui ruine la planète au profit d’une minorité, la sobriété est un choix conscient inspiré par la raison. Elle est un art et une éthique de vie, source de satisfaction et de bien-être profond. Elle représente un positionnement politique et un acte de résistance en faveur de la terre, du partage et de l’équité.

    Le féminin au cœur du changement


    La subordination du féminin à un monde masculin outrancier et violent demeure l’un des grands handicaps à l’évolution positive du genre humain. Les femmes sont plus enclines à protéger la vie qu’à la détruire. Il nous faut rendre hommage aux femmes, gardiennes de la vie, et écouter le féminin qui existe en chacun d’entre nous.

    Une autre éducation


    Nous souhaitons de toute notre raison et de tout notre cœur une éducation qui ne se fonde pas sur l’angoisse de l’échec mais sur l’enthousiasme d’apprendre. Qui abolisse le « chacun pour soi » pour exalter la puissance de la solidarité et de la complémentarité. Qui mette les talents de chacun au service de tous. Une éducation qui équilibre l’ouverture de l’esprit aux connaissances abstraites avec l’intelligence des mains et la créativité concrète. Qui relie l’enfant à la nature à laquelle il doit et devra toujours sa survie et qui l’éveille à la beauté et à sa responsabilité à l’égard de la vie. Car tout cela est essentiel à l’élévation de sa conscience.

    Relocalisation de l'économie


    Produire et consommer localement s’impose comme une nécessité absolue pour la sécurité des populations à l’égard de leurs besoins élémentaires et légitimes. Sans se fermer aux échanges complémentaires, les territoires deviendraient alors des berceaux autonomes valorisant et soignant leurs ressources locales. Agriculture à taille humaine, artisanat, petits commerces... devraient être réhabilités afin que le maximum de citoyens puissent redevenir acteurs de l’économie.

    L'agroécologie, alternative indispensable


    De toutes les activités humaines, l’agriculture est la plus indispensable car aucun être humain ne peut se passer de nourriture. L’agroécologie que nous préconisons comme éthique de vie et technique agricole permet aux populations de regagner leur autonomie, sécurité et salubrité alimentaires tout en régénérant et préservant leurs patrimoines nourriciers.


    En 10 ans, Colibris est devenu **un mouvement citoyen fédérateur et inspirant** pour des centaines de milliers de personnes qui souhaitent un autre projet de société. Depuis 2012, Colibris **expérimente** aussi en interne **une gouvernance participative** qui permet à toutes les parties prenantes du mouvement de participer aux orientations stratégiques, **dans un vaste processus d’intelligence collective**.. Véritable laboratoire de la transition, les expérimentations menées inspirent de nombreux partenaires ou projets.



    Inspirée des principes de la **Sociocratie** et de l’**Holacratie**, cette gouvernance s’appuie notamment sur **plusieurs principes** : fonctionnement en cercles, prise de décision par consentement, élections sans candidats… Elle expérimente aussi des **fonctionnements en réseau** et s’appuie sur **l’usage du numérique pour démultiplier** la participation de ses membres.

    Les 5 Collèges


    La gouvernance de Colibris fonctionne grâce à 5 types d’acteurs, regroupés en 5 collèges :

  • Le collège des fondateurs est le garant de l’intention originelle et de l’esprit du Mouvement ; il est composé de Pierre Rabhi, Cyril Dion, Isabelle Desplats, Josette Amor et Claire Eggermont ;

  • Le collège des opérationnels est chargé de la mise en œuvre opérationnelle de la stratégie au quotidien (voir les membres de l'équipe opérationnelle) ;

  • Le collège des groupes locaux assure la diffusion et l’enracinement local du message et des actions ;

  • Le collège des cotisants assure l’essentiel du financement du Mouvement et, par là, son indépendance et sa capacité d’agir ;

  • Le collège des partenaires apporte les compétences spécifiques, complémentaires à celles de l’équipe opérationnelle ; il assure les liens de l'association avec le mouvement plus large qui porte les changements de société.

  • Le Cercle d'Orientation

  • Le Cercle d’Orientation (CO), équivalent de l’Assemblée Générale, est composé de tous les fondateurs et les opérationnels, d’un représentant de chaque partenaire et de chaque groupe local protocolé (les groupes les plus avancés) et de 50 cotisants tirés au sort. Au total ce sont environ 120 personnes qui constituent ce cercle chargé de veiller aux orientations stratégiques.


  • En plus de sa réunion annuelle, il est consulté régulièrement par les opérationnels grâce à des **outils numériques collaboratifs**, pour piloter au plus juste les projets de l’association.

    Notre intention est ainsi de faire émerger une forme de **sagesse collective** et de fonctionner en **réseau collaboratif**, où chacun contribue en fonction de ses disponibilités et de ses compétences.

    Le Cercle de Pilotage


    Le Cercle de pilotage (CP) est l’équivalent du Conseil d’Administration. Il a pour mission de garantir la raison d’être et la bonne santé de l’association, et travaille ainsi en lien avec l’équipe opérationnelle à animer la gouvernance participative du Mouvement. Il nomme aussi le "Premier Lien" de l’équipe opérationnelle (directeur dans le jargon de gouvernance sociocratique).

    Il est composé au plus de 2 membres de chaque collège :

    2 coordinateurs de groupes locaux, élus sans candidats
    2 partenaires, élus sans candidats
    2 cotisants, tirés au sort parmi les membres du CO.
    2 fondateurs. En 2017, les fondateurs ont choisi de ne pas être représentés au CP par manque de disponibilité.
    2 membres de l'équipe opérationnelle : le premier lien / directeur et un second lien, élu sans candidat.
    En 2017, 8 membres ont donc rejoint le CP pour un mandat de 2 ans.

    Comment participer ?


    Pour participer à la gouvernance de Colibris, vous avez donc deux possibilités :

  • Être membre d’un groupe local

  • Être colibri-cotisant

  • Les colibris cotisants sont les colibris qui donnent chaque mois 5 euros ou plus. Cinquante sont tirés au sort pour faire partie du Cercle d’Orientation. [[https://www.jedonneenligne.org/colibris/DONS/ Pour devenir colibri-cotisant, c'est ici !]]



    Pour relayer le mouvement au plus proche des citoyen.ne.s et des territoires, l'association Colibris s'appuie sur un réseau de Groupes Locaux (GL). Fin Août 2017, il en existait environ 130 en France, en Belgique et en Suisse.

    Impulsé par la campagne Tous Candidats / Transformons nos Territoires en 2012, le réseau des GL s’est structuré pour incarner au mieux la raison d’être et la mission de Colibris : inspirer, relier et soutenir ces citoyen.ne.s qui font le choix de s’engager dans une démarche de transition individuelle et collective.

    Chaque GL est composé d’un collectif de personnes bien identifiées qui s’investissent bénévolement : c’est le cercle cœur. Ces personnes signent ensemble, et en leur nom propre, un protocole de coopération avec l’association nationale. Elles deviennent alors membres et relais de l’association sur leurs territoires.

    Chaque GL est aussi composé, de manière plus large, des personnes qui font leur part en lien avec le cercle cœur, soit en participant aux événements, soit en portant une action.

    À la fin décembre 2016, 566 bénévoles composaient les cercles cœur pour environ 64 000 h de bénévolat.

    À fin août 2017, Colibris comptait 52 GL en Intention (en création), 63 GL en Émergence (en cheminement) et 13 GL dits "protocolés" (relais officiels de l’association).

    Dans les mois et les années à venir, l’association souhaite accompagner au mieux ces bénévoles dans leur montée en compétences :

  • pour décliner la mission de Colibris,

  • pour donner plus de lisibilité et visibilité à leur impact dans leur territoire, à travers notamment la mise en place d’un outil de collecte des actions.



  • En février 2006, Pierre Rabhi décide de concrétiser la mobilisation citoyenne qui a soutenu sa candidature aux élections présidentielles de 2002 en initiant un mouvement citoyen dont le but est de soutenir, inspirer et relier les citoyens et les citoyennes engagés dans des alternatives concrètes pour dessiner une société capable de répondre aux urgences écologiques et humaines de notre époque.

    Les membres fondateurs sont Josette Amor, Isabelle Desplats, Claire Eggermont, Pierre Rabhi, Jean Rouveyrol, Michel Valentin.

    Pierre Rabhi a fait appel à ces proches aux profils et compétences complémentaires pour poser les fondations du mouvement. Ils déposeront la première version des statuts en août 2006. François Lemarchand sera aussi un soutien essentiel au démarrage du mouvement.

    Pierre Rabhi est le premier président de l’association et le sera jusqu’en 2012. De 2013 à 2016, il est président d’honneur. Isabelle Desplats, vice-présidente jusqu’en 2012, devient alors présidente, rôle qu'elle transmet pour assurer la direction opérationnelle pendant l'année 2014 jusqu'au recrutement de Mathieu Labonne qui devient directeur début 2015. Attachée à la cohérence entre les valeurs et les pratiques internes, elle œuvre à la mise en place d'une gouvernance partagée et au développement des compétences relationnelles et coopératives au sein du mouvement.

    Cyril Dion est invité à rejoindre le mouvement comme directeur fin 2006. Isabelle Desplats avait collaboré avec lui au sein de l'ONG Hommes de Parole et repéré ses nombreuses qualités d’engagement, de vision stratégique et de communication, qu’il mettra activement au service de la création opérationnelle du mouvement. Eu égard à sa contribution majeure à son développement, il rejoint le collège des fondateurs en 2013 lorsqu’il quitte sa mission de directeur pour réaliser Demain.

    À ce jour, Pierre, Isabelle et Cyril restent tous trois membres du collège des fondateurs, aux côtés de Josette Amor et Claire Eggermont. Le collège des fondateurs est l’un des 5 collèges de la gouvernance de Colibris.

    Pierre Rabhi


    Initiateur de Colibris, Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France. Auteur, philosophe et conférencier, il appelle à "l'insurrection des consciences" pour fédérer ce que l'humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Devant l'échec de la condition générale de l'humanité et les dommages considérables infligés à la Nature, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à réaliser l'importance vitale de notre terre nourricière et à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une "sobriété heureuse".

    "Un jour, il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation qui n'est pas de produire et de consommer sans fin, mais d'aimer et d'admirer, et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes"

    "De ses propres mains, Pierre Rabhi a transmis la Vie au sable du désert... Cet homme très simplement saint, d'un esprit net et clair, dont la beauté poétique du langage révèle une ardente passion, a fécondé des terres poussiéreuses avec sa sueur, par un travail qui rétablit la chaîne de vie que nous interrompons continuellement". Yehudi Menuhin

    Isabelle Desplats


    Après un parcours qui l’a conduite du monde de l’entreprise à l’action culturelle puis à la communication et au développement local, Isabelle se consacre depuis 2005 à l'accompagnement des individus et des équipes et à la formation en Communication NonViolente et en gouvernances participatives. Elle co-crée de 2010 à 2017 avec Rédouane Saloul l’Éco-domaine de Vailhauquès, un lieu de production maraîchère biologique et de formation près de Montpellier.

    "La conscience et l'élan intérieur sont la clef d'une transformation collective profonde, joyeuse et durable". Isabelle Desplats

    "En évoquant la création du mouvement Colibris je prends la mesure de l'importance de la contribution d'Isabelle dédiée aux valeurs qui nous réunissent, et en particulier son action sans relâche pour que la coopération, la bienveillance et le changement intérieur soient des réalités vécues au sein du mouvement". Pierre Rabhi

    Cyril Dion


    Écrivain, réalisateur, poète et militant écologiste, il co-produit avec Colibris le documentaire Solutions Locales pour un désordre global de Coline Serreau. En 2012, il co-fonde le magazine Kaizen et la collection Domaine du Possible aux éditions Actes Sud qu’il dirige toujours. Il écrit et co-réalise avec Mélanie Laurent le film documentaire Demain qui remporte, entre autres prix, le César du meilleur film documentaire en 2016 et rencontre un large succès en salle avec plus d’un million d’entrées en France et une diffusion dans 30 pays.

    "L'acte le plus puissant que nous puissions faire est de nous mettre en cohérence avec nos valeurs les plus profondes et de les traduire en action". Cyril Dion

    "En une heure et cinquante-huit minutes, Cyril Dion réussit ce que des décennies de lutte écologiste n’étaient pas parvenues à faire : jeter les bases d’une « nouvelle fiction collective »" Libération


    Colibris est convaincu de la nécessité de créer une culture de la coopération dans notre société. Des synergies sont créées avec de nombreux acteurs qui œuvrent au service des mêmes valeurs. La gouvernance de Colibris inclut un collège des partenaires où ceux-ci peuvent participer aux grandes orientations du mouvement et partager leurs avis sur les projets menés.

    Voici quelques-uns des principaux partenaires de Colibris :

    Les membres du collège des partenaires sont suivis d’un astérisque.

    Partenaires opérationnels


    Créée en 1994 sous le nom des “Amis de Pierre Rabhi”, rebaptisée en 1999, l’association Terre et Humanisme œuvre pour la transmission de l’agroécologie comme pratique et éthique visant l’amélioration de la condition de l’être humain et de son environnement naturel.

    Kaizen est né de la rencontre de Cyril Dion, co-fondateur de Colibris, de Pascal Greboval, journaliste et photographe indépendant, et d’Yvan Saint-Jours, fondateur du magazine La Maison Écologique. Il est notamment porté par Colibris qui a fait sa part dans l’émergence du magazine et est inspiré par la philosophie de Pierre Rabhi.

    Le centre agroécologique des Amanins est né de la rencontre de Pierre Rabhi et de Michel Valentin. C’est à la fois un lieu de transmission des pratiques écologiques et quotidiennes à un public le plus large possible ; une école alternative qui met en œuvre un projet pédagogique permettant aux enfants d’apprendre à vivre ensemble et à coopérer ; et une ferme agroécologique en polyculture élevage.

    Le Hameau des Buis est un écovillage situé en Ardèche, cofondé par Laurent Bouquet et Sophie Rabhi-Bouquet. Cette oasis de vie comporte une cinquantaine d’habitants de tous âges, un centre de formation, 80 élèves de la maternelle au collège, une ferme, une boulangerie… La Ferme des enfants est une école alternative à l’origine du projet du Hameau des Buis dont elle constitue le centre. Elle met en œuvre une pédagogie originale basée sur le respect de l’enfant et de la bienveillance.

    L’Université du Nous a été créée en 2010 pour accompagner la transformation sociétale en favorisant l’émergence de nouvelles formes d’organisations. Elle propose à tout individu, organisation ou collectif des espaces d’expérimentation, d’apprentissage et d’accompagnement pour explorer et mettre en œuvre d’autres façons de faire ensemble, principalement par des séminaires en résidentiel.

    La Nef est une coopérative de finances solidaires qui finance uniquement des projets écologiques et d'économie sociale et solidaire. Elle est agréée depuis 1988 pour collecter de l’épargne et proposer des crédits et est désormais en train de se transformer en banque de plein exercice, à la manière des banques éthiques européennes dont elle s'est inspirée depuis ses débuts.

    L'association Outils-réseaux mène des actions pour initier et accompagner les pratiques coopératives, en s'appuyant sur des outils Internet. Le projet qu'elle propose prend ses sources dans les expériences de fonctionnement coopératif des réseaux environnementaux et d'éducation populaire. Elle est notamment à l’origine des projets Yeswiki et Animacoop.

    L’association Parlement & Citoyens expérimente depuis quatre ans une méthode de rédaction collaborative de la loi, afin de restaurer la confiance des citoyens et l’efficacité de la décision publique. S’appuyant sur une plateforme numérique, elle réunit aujourd’hui 30 parlementaires de toutes sensibilités politiques et 35 000 citoyens qui ont travaillé ensemble à l’écriture de 10 propositions et projets de loi, et notamment de la "loi Labbé" interdisant l'usage non-agricole des pesticides a été adoptée par le Parlement.

    Framasoft est un réseau d'éducation populaire, issu du monde éducatif, consacré principalement au logiciel libre. Il s'organise en trois axes sur un mode collaboratif : promotion, diffusion et développement de logiciels libres, enrichissement de la culture libre et offre de services libres en ligne.

    Sidièse est une agence de communication responsable qui accompagne les organisations dans leur stratégie et leurs campagnes de communication. Au cœur de ces dispositifs : l'idée de reconnecter des personnes qui ne se parlent plus ou peu. Colibri de la première heure, elle a notamment conçu et produit la campagne "Tous candidats" en 2012.

    Le Printemps de l'Éducation souhaite remettre l’enfant au cœur de l’éducation et de contribuer à rendre les enfants heureux. Cette association porte la vision qu’il est grand temps de permettre aux enfants d’apprendre dans la joie, la créativité, l’autonomie, le respect, la coopération, la paix et en lien avec la nature et le vivant, afin qu’ils deviennent citoyens du monde.
    Son ambition est notamment de créer un réseau d’acteurs du renouveau éducatif, de rendre visibles et partager les pratiques pédagogiques innovantes, par l’organisation de rencontres et la mise à disposition de services, et de changer les politiques éducatives.

    Actes Sud est une maison d'édition française, fondée en 1978 à Arles par Hubert Nyssen et actuellement dirigée par Françoise Nyssen et Jean-Paul Capitani. Éditeur engagé, Actes Sud a notamment créé la collection Domaine du Possible avec Colibris, dont Cyril Dion est le directeur de collection.

    Enercoop est un fournisseur français d'électricité d'origine renouvelable. Son statut est celui d'une société coopérative d'intérêt collectif à capital variable et son objectif principal est le développement des énergies renouvelables en France. Enercoop se démarque des autres fournisseurs par sa forme coopérative et son offre 100 % renouvelable.

    La Coordin’action est une union de 14 associations françaises qui a pour objectif d’animer le mouvement de l’Habitat Participatif en France, de favoriser son développement, et de rendre visible la diversité des projets. Via ses associations membres, la Coordin’action est en lien avec plus de 150 projets ou réalisations.

    La Coordin’action et le projet Oasis de Colibris coopèrent notamment via une base de données communes.

    L’association Kamea Meah a été créée en 2011 pour porter le film documentaire En Quête de Sens. De l’autoproduction à l’autodistribution au cinéma, l’expérience collective autour de ce documentaire inattendu a été riche. L’équipe propose désormais de mutualiser les compétences acquises en devenant une plateforme au service de la création et de la diffusion documentaire. Elle accompagne des réalisateurs de documentaires indépendants du tournage de leur film jusqu’à sa diffusion.

    La Ferme biologique du Bec Hellouin est un lieu de production, de recherche et de transmission fondé par Charles et Perrine Hervé-Gruyer. Plus de 800 variétés de fruits et légumes croissent dans ses jardins, dans un respect absolu de l'environnement, grâce aux concepts de la permaculture. De nombreuses recherches y sont menées pour explorer des pratiques agricoles naturelles et efficaces, qui contribuent à la régénération de la biosphère. L'École de Permaculture du Bec Hellouin propose diverses formations en permaculture, maraîchage et jardinage, destinées aux professionnels comme aux particuliers.

    L’AFFCNV (Association Française des Formateurs et Formatrices en Communication NonViolente) est constituée par une équipe enthousiaste de formatrices et formateurs certifiés en CNV. Elle a pour objet de se donner les moyens des projets communs des formatrices et formateurs certifiés par le CNVC exerçant ou résidant en France, et de représenter le CNVC (Center for NonViolent Communication) en France.

    360Learning soutient le Mouvement Colibris en accompagnant le déploiement des formations numériques de l'Université des Colibris. La startup, proche de nos valeurs depuis le début, propose une plateforme de formation en ligne où n'importe qui peut créer et diffuser très facilement ses contenus de formation. C'est cette plateforme que nous utilisons pour structurer et déployer tous nos MOOC.

    Espace de rencontres, le Forum104 est animé par une équipe aux compétences complémentaires : psychologiques, pédagogiques, théologiques et artistiques, qui s'engage à offrir un cadre favorable à l'accueil et à la rencontre des personnes et des associations. Le Forum104 est une association 1901 qui anime un espace culturel et interspirituel au cœur de Paris et gère un espace "maison des associations" où celles-ci peuvent disposer de salles pour leurs activités propres. Le Forum 104 a accueilli gratuitement plusieurs conférences de Colibris.

    Partenaires financiers 2017


    Née en 1934, la MAIF est un acteur majeur de l’économie sociale et solidaire et promeut largement la société collaborative. C’est un acteur engagé pour aider au développement d’une société plus collaborative, plus humaine et plus responsable en investissant par exemple dans des projets innovants, en soutenant des start-ups, et en diffusant largement ses messages pour faire connaître ces nouveaux modes de consommation. Elle tisse des partenariats avec des acteurs majeurs de la société civile comme Colibris. Elle cherche en effet à promouvoir un projet sociétal basé sur l’accompagnement des individus dans la transformation de leurs comportements et partage avec Colibris la conviction que le changement passe par l’engagement des individus, et que chaque individu peut agir à son niveau pour l’environnement et pour un monde meilleur.


    Colibris partage les valeurs de l'ensemble des initiatives inspirées par Pierre Rabhi : Terre & Humanisme, le Hameau du Buis, Les Amanins, l’École du Colibri, la Ferme des Enfants… Chaque organisation est autonome et développe des actions spécifiques en fonction de son champs d'expertise avec une vocation commune : encourager l'émergence et l'incarnation de nouveaux modèles de société par une politique en actes.
    Nous avons développé un site, Autour de Pierre Rabhi, qui présente ces différentes structures et leurs actions.




    **En toute transparence !**

    Projet Oasis, Université, Fabrique des colibris, Groupes Locaux, gouvernance, conférences... Voici le Rapport d'Activité 2018 de l'association ! Il est également disponible en braille : il peut être envoyé gratuitement, sur simple demande au 01 42 15 50 17 ou à info@colibris-lemouvement.org




    Pour tous ceux qui se posent des questions sur les Colibris, une foire aux questions a été créée. N'hésitez pas à y jeter un coup d'oeil :